• Magritte 2018: réactions et photos

    Philippe Van Leeuw, Magritte du meilleur film, du meilleur réalisateur et du meilleur scénario original ou adaptation pour "Insyriated" ("Une famille syrienne"): "cette facture belge, cette identité où on disait qu'il y avait cette dérision, ce sens du surréalisme à la belge, ça a un peu vécu. On parle d'autre chose maintenant. Que ce soit Lucas Belvaux, Stephan Streker, on parle de choses très contemporaines. Sur des sujets importants, des sujets d'actualité, de société."
    "J'ai eu le bonheur de présenter le film à l'ONU il y a peu. On me parle maintenant de le présenter aux négociateurs sur la Syrie à Genève. Je peux aussi vous dire que le film va être distribué en Syrie début mars. On ne sait pas trop ici si tout fonctionne bien dans le pays mais il y a de l'argent pour remettre les choses en route. Il y a une sorte de normalisation à Damas."

    Solange Cicurel, Magritte du meilleur premier film pour "Faut pas lui dire": "Je suis extrêmement heureuse car c'est la reconnaissance des comédies dans le monde du cinéma. C'est un genre toujours un peu décrié. On ne fait pas pleurer, on n'a pas vraiment de message. Mais je crois que faire du bien aux gens, c'est aussi important. Les faire rire, les divertir."
    "Je trouve ça super que l'Académie ait voté pour une femme et une comédie. Quand on voit le nombre d'hommes dans le cinéma, on se rend bien compte que c'est plus compliqué pour une femme pour toute une série de raisons."

    Maya Dory, Magritte du meilleur espoir féminin pour "Mon Ange": "C'est incroyable, je ne m'y attendais vraiment pas. Juste d'être nommé, c'était incroyable. Et d'avoir ce prix, que rêver de mieux ?"
    "Depuis que j'ai dix ans, je fais du doublage. Vers treize ans, je me suis dit que j'avais envie de jouer dans un film. Du coup, j'ai fait des recherches sur Internet parce que mes parents ne se bougeaient pas trop. Un jour, je suis tombée sur l'annonce de "Mon Ange", j'ai envoyé des photos et même pas une semaine après, j'ai passé un casting. Puis la réponse a été positive en deux semaines. Le tournage a duré douze jours pour moi."

    Fien Troch, Magritte du meilleur film flamand pour "Home": " Pour moi, c'est important que les Magritte soient là. Parce qu'on parle du cinéma, pas du cinéma d'une partie de la Belgique. Je préfère même que ce soit un prix pour la Belgique mais c'est une autre question."
    "Pour le moment, je me cherche dans mon écriture. Mais je sens que je retourne vers l'enfance entre 9 et 15 ans. Mais c'est délicat d'en parler parce que demain, ça peut changer."

    Julia Ducournau, Magritte du meilleur étranger en coproduction pour "Grave": "Je n'y ai pas cru une seconde à ce prix vu la concurrence qu'il y avait. C'était impossible d'arriver avec mon premier film et que j'y croie à fond. Je suis extrêmement heureuse, extrêmement surprise. C'est encore une émotion incroyable que je vis avec ce film."
    "En fait, mon film est un crossover, un film qui mélange les genres entre comédie, drame et body horror. Body horror, c'est l'horreur qui a trait à la métamorphose des corps."

    Philippe Van Leeuw (c) Ecran et toile

     

    (c) Ecran et toile

     

    Solange Cicurel (c) Ecran et toile

    (c) Ecran et toile

     

    Maya Dory (c) Ecran et toile

     

    (c) Ecran et toile

    (c) Ecran et toile

     

    Fien Troch (c) Ecran et toile

     

    Peter Van Den Begin (c) Ecran et toile

    Sandrine Bonnaire (c) Ecran et toile

     

    (c) Ecran et toile

     

    Jérôme le Maire (c) Ecran et toile

    « Magritte 2018: Insyriated récompensé à six reprisesEntretien: Emmanuel Finkiel - La Douleur »

    Tags Tags : , , , , ,