• Le cinéma Eldorado à Namur: c'est fini !

    Aujourd'hui  est un triste jour pour le cinéma en Belgique. Le cinéma Eldorado de Namur va définitivement fermer ses portes pour faire place à des commerces et des appartements. Ce cinéma est bien connu des Namurois et des amateurs du FIFF dont il était une des figures de proue. 

    Eldorado de Namur

    L'Eldorado est une institution à Namur, il était installé depuis 1919 rue de Fer, l'une des rues principales de la cité mosane. C'est en 1918  que le bâtiment qui hébergeait l'Eldorado a été érigé. Décision qui fut prise par les notables de Namur pour panser toutes les stigmates de la guerre qui venait de se dérouler et de créer un lieu de spectacles. C’est une époque que les moins de 90 ans ne peuvent pas connaître : dans cette grande salle de spectacles, cafés concerts, thés dansants, films muets réjouissaient une jeunesse voulant oublier le conflit mondial et s'amuser.
    A partir de 1930, apparaît le cinéma sonore et devient l’activité principale. Après la Seconde guerre mondiale et les dégâts occasionnés, le bâtiment de la rue de Fer avait été réquisitionné durant le conflit par les Allemands, rouvre ses portes sous l’enseigne Métropole dans les années 50, avec aux commandes la famille Vanschel, arrivée entre-temps à Namur et qui gérait également les cinémas le Normandie et le Paris. A l'époque, L’Eldorado abritait une seule grande salle unique de 2000 places, avec un balcon et un rez-de-chaussée.
    1973 sonne l’heure des changements dans les cinémas du monde entier. C’est le temps des cinémas multi-salles, comme aux Etats-Unis. D’une salle, on passe à deux, puis à quatre. Une cinquième fait son apparition en 1975, sans oublier trois nouvelles salles en 1985. L’idée à l’époque était de pouvoir présenter une plus large diversité de films dans un même établissement et l'objectif d'accueillir quelque 1400 spectateurs dans les meilleures conditions.
    Depuis lors, l'Eldorado voguait, toujours aux mains de la famille Vanschel, et contentait les amateurs de cinéma de Namur et d'ailleurs...
    Maintenant, la question est pourquoi cet abandon soudain et que va devenir le FIFF ?

    Pour aller plus loin, Canal C, la télévision locale namuroise, y a consacré un dossier spécial visible ici: http://www.canalc.be/eldorado-clap-de-fin-notre-dossier-special/

    « Un film en une prise pour Woody HarrelsonGrand Prix UCC 2017: les finalistes connus, Joachim Lafosse Prix Cavens »