• FIFF 2014: sept titres dévoilés

    On en sait un peu plus sur la programmation de la 29ème édition du FIFF. Comme déjà annoncé, "Tokyo Fiancée" fera l’ouverture officielle le vendredi 3 octobre. Ce vendredi, sept nouveaux titres ont été dévoilés. En voici le détail. 

    Affiche Timbuktu

    Le goût des myrtilles de Thomas de Thier (Belgique/Luxembourg) – première mondiale, en présence de Michel Piccoli et Natasha Parry. Après son premier long métrage "Des plumes dans la tête" présenté à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes en 2003, le cinéaste belge Thomas de Thier a tourné plusieurs documentaires et courts métrages. Il est de retour derrière la caméra pour son deuxième long métrage de fiction, une œuvre poétique, inspirée des estampes japonaises
    L'histoire: A partir d’un certain âge, les jours commencent à se ressembler. Mais pour Jeanne et Michel, ce 3 août ne ressemble à aucune autre journée. Ils ont rendez-vous pour leur pique-nique annuel dans la forêt. Ils vont nettoyer la stèle d’un enfant mort 45 ans plus tôt et, plus que tout, se retrouver.



    Que ta joie demeure de Denis Côté (Québec). Habitué du Festival de Namur, Denis Côté y a présenté son premier long métrage, "Les Etats Nordiques" en 2006, et son précédent film "Vic+Flo ont vu un ours" a remporté le Bayard d’or du meilleur scénario l’an dernier.
    L'histoire: Exploration libre des énergies et des rituels trouvés sur des lieux de travail divers. D’un ouvrier à l’autre, d’une machine à la prochaine ; de ces mains, ces visages, ces pauses, ces efforts, que peut-on établir comme dialogue absurde et abstrait entre L’Homme et son besoin de travailler ? Que valent ces instants où l’homme multiplie et répète des gestes qui devraient logiquement le mener vers un repos dont la qualité reste impossible à définir.

     


    Bande de filles de Céline Sciamma (France). Après un premier film remarqué à Cannes, "Naissance des pieuvres" en 2007 et un deuxième, "Tomboy", adulé à Berlin en 2011, la réalisatrice française Céline Sciamma signe, avec "Bande de filles", son troisième long métrage. Celui-ci a été sélectionné cette année à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes.
    L'histoire: Marieme vit ses seize ans comme un mur d’interdits. La censure du quartier, la loi des garçons, l’impasse de l’école. Sa rencontre avec trois filles affranchies change tout. Elles dansent, elles se battent, elles parlent fort, elles rient de tout. Marieme devient Vic et entre dans la bande, pour vivre sa jeunesse.

     


    Timbuktu d’Abderrahmane Sissako (Mauritanie/France). Cette 29ème édition marque les retrouvailles du réalisateur mauritanien avec Namur. En 1997, le cinéaste y présente son court métrage "Sabrya" ; en 1998, il est doublement de retour avec son premier long métrage "La vie sur terre" et le documentaire "Rostov-Luanda" qui remporte une Mention du Prix CICAE et une Mention du Prix TV5 du meilleur documentaire ; en 2002, il remporte le Prix Emile Cantillon avec "Heremakono" ; et en 2008, il assure la Présidence du Jury Officiel. Timbuktu a été présenté en Compétition officielle cette année à Cannes.
    L'histoire: Tombouctou est réduite au silence, portes closes, ruelles désertes. Plus de musique, plus de football, ni de cigarette. Fini les couleurs vives et les rires, les femmes ne sont plus que des ombres. Des extrémistes religieux sèment la terreur. Loin du chaos, sur les dunes, Kidane mène une vie paisible avec sa femme, sa fille et Issan son petit berger. Sa quiétude sera de courte durée. En tuant accidentellement Amadou, le pêcheur qui s’en est pris à sa vache préférée, Kidane doit faire face à la loi des occupants qui prennent en otage un islam ouvert et tolérant.



    Le Challat de Tunis de Kaouther Ben Hania (Tunisie/France/Canada /Emirats Arabes Unis). La réalisatrice tunisienne était présente à Namur en 2007 en compétition avec son court métrage "Moi, ma sœur et la chose".
    L'histoire: Eté 2003, un homme sur une moto, une lame de rasoir à la main, rôde dans les rues de Tunis. Il s’est donné pour mission de balafrer les plus belles paires de fesses des femmes qui arpentent les trottoirs de la ville. On l’appelle « le Challat », la lame. D'un café à l'autre, d'un quartier à l'autre, les histoires les plus folles circulent à son égard. Le Challat est devenu une sorte de figure mystérieuse entouré d'un halo de fascination, de fantasme et de terreur. Tout le monde en parle mais personne ne l'a jamais vu. Dix ans plus tard, après la Révolution, une jeune réalisatrice obstinée mène l'enquête pour élucider ce mystère
    .


    Bouboule de Bruno Deville (Suisse/Belgique). Le réalisateur suisse d’origine belge, Bruno Deville, signe ici son premier long métrage, tourné en région namuroise l’été dernier,
    L'histoire: Kevin, 12 ans, 100 kilos..., surnommé « Bouboule »,  partage sa vie entre sa mère, ses sœurs, ses rendez-vous chez le médecin, ses cours d’aquagym et son statut peu enviable de souffre-douleur. Pour échapper à son quotidien, Kevin s’empiffre à tout va pour entrer dans un monde de rêves colorés où tout est plus léger et drôle. Mais manger n'est pas le refuge idéal face aux prédictions d’une crise cardiaque imminente. Pour Kevin, tout change le jour où il rencontre Patrick, un vigile qui se prend pour un commando. Fasciné par Patrick, Kevin rejette petit à petit tout son entourage...



    Toto et ses soeurs/Toto si surorile lui de Alexander Nanau (Roumanie). Le cinéaste roumain Alexander Nanau réalise son premier documentaire "Peter Zadek inszeniert Peer Gynt" en 2006 en Allemagne. De retour en Roumanie, il tourne son deuxième documentaire, "Lumea vazuta de Ion B.", celui-ci remporte le Gopos Award du meilleur documentaire en Roumanie, un Emmy Award en 2010 et le Grand Prix du Festival de Yerevan en 2011. 
    L'histoire: Totonel est un petit garçon rom illettré de neuf ans. Il vit dans le ghetto de Bucarest avec ses deux sœurs aînées, Andreea (14 ans) et Ana (17 ans), et leurs oncles. Quand il avait cinq ans, les forces spéciales de la police ont débarqué dans leur appartement pour arrêter leur mère Siminica, alors âgée de 32 ans, pour trafic de drogue.

    Toto et ses soeurs



     

    « Critique: Mille fois bonne nuitUn peu de lecture »

    Tags Tags : , , , , , , ,