• Entretien: Vincent Kesteloot - Sammy 2

    Par Michel Decoux-Derycke - Film d'animation en 3D, Sammy 2 est réalisé par Ben Stassen. Il n'était pas seul. Occupé par un autre tournage, Ben Stassen s'est adjoint les services d'un co-réalisateur: Vincent Kesteloot. Je l'ai rencontré dans les studios de nWave Pictures.

    Vincent Kesteloot, présentez-vous ?

    J'occupe la fonction de co-réalisateur, de directeur artistique et de superviseur. J'ai rejoint nWave après avoir fait des études artistiques et avoir travaillé dans la publicité. J'ai travaillé comme animateur et à la mise en scène pour "Fly Me To The Moon", le premier long métrage du studio. Pour "Le Voyage Extraordinaire de Sammy", je m'occupais de la mise en scène sous la direction de Ben Stassen. Pour "Sammy 2", il m'a fait la proposition de co-réaliser avec lui, ce qui est un privilège et un honneur. Il était occupé sur un tournage en Afrique et je faisais un bon trait d'union avec les infographistes, les artistes et les techniciens.

    Vincent Kesteloot

    Quelle a été votre réaction à la proposition de Ben Stassen ?

    J'ai pris ça très au sérieux. J'espère, pendant deux ans, avoir donné la possibilité aux artistes de faire le meilleur travail possible. D'être à l'écoute de leurs demandes. De les avoir valorisés et d'avoir amélioré la qualité.

    Vous étiez sur le premier Sammy, vous êtes sur "Sammy 2", pourquoi une suite ?

    C'est tout à fait logique. Lorsque "Le Voyage Extraordinaire de Sammy" a été vendu au Festival de Cannes et à plein de territoires, cela a été un tel succès que Canal +, notre futur partenaire à l'époque pour la distribution, avait envie d'une suite. Dès les premières sorties, le film avait rencontré son public. Pour "Sammy 2", nous avons voulu améliorer tout ce qu'on pouvait améliorer. Le premier Sammy nous a servi comme une immense préprod. Nous avons tenu compte de certaines erreurs.
    Les deux films sont très différents. On n'a pas du tout le sentiment qu'on a repris les mêmes éléments et qu'on ressert le même plat. Avec "Sammy 2", on a le contrepied. Le premier, c'était quelque chose d'initiatique. On suivait tout le périple de la vie d'une tortue de mer, à la recherche de son amour perdu. Cela avait un inconvénient, chaque fois qu'elle allait dans un lieu, elle abandonnait le personnage qu'elle rencontrait. On avait du mal à tisser des liens ou à approfondir des relations. Ici, dans "Sammy 2", il s'agit d'un décor unique: un immense aquarium. Tous les personnages sont enfermés dans le même lieu. Cela permet d'aborder des thèmes différents. Et d'avoir les personnages entremêlés. Cela est un net avantage et c'est ce qui fait la plus-value du film. Un autre intérêt, c'est que le premier film était contemplatif et que "Sammy 2" est plus actif. Il y a des scènes d'action, des rebondissements, un tempo.


    Quelle est la différence entre une réalisation «normale» et une en 3D ?

    Le public commence à s'apercevoir que les films avec l'intitulé 3D sont souvent décevants. Des conversions sont faites après que le film soit tourné ou la mise en scène n'est pas pensée. On se retrouve, au mieux, avec un peu de profondeur ou quelques petits gags récurrents d'un objet pointant vers le spectateur. Si on continue dans cette voie-là, le spectateur ne voudra plus porter des lunettes et payer quelques euros de plus. Le sentiment qu'il aura est qu'il se fait arnaquer.
    Notre intention n'était pas de faire quelques gimmicks et un peu de profondeur. Mais de placer directement le spectateur dans le film. C'est ce que nous appelons un spectacle d'immersion. Comment ? Parce qu'on va augmenter l'écart entre les caméras et parce qu'on va faire des choix dans le montage n'ayant rien à voir avec les autres films. Ce qui fait notre différence, c'est que le spectateur est un vraiment un acteur dans le film.


    Que diriez-vous pour que les lecteurs aillent voir le film ?

    Ils auront peu d'occasions dans leurs vies de pénétrer dans les fonds marins, d'être en train de parler directement avec des tortues, d'affronter des barracudas déchaînés, de dialoguer avec des pieuvres. Ils participeront à une aventure, à un voyage.

    Lire aussi la critique de Sammy 2
    Lire aussi l'entretien avec Ben Stassen

    « Entretien: Ben Stassen - Sammy 2Critique: Comme un homme »

    Tags Tags : , , , ,