• Entretien: Peter Monsaert - Le Ciel Flamand

    Par Michel Decoux-Derycke - Peter Monsaert est un réalisateur et scénariste belge. Son premier film "Offline", en 2013, a remporté plusieurs prix dont l'Ensor du meilleur scénario et la Licorne d'Or au Festival d'Amiens. Trois ans plus tard, son deuxième long métrage, "Le Ciel Flamand", vient de sortir dans les salles belges. C'est à Bruxelles que j'ai rencontré Peter Monsaert.

    Pourquoi ce film ?

    J'ai eu l'idée quand je suis devenu père moi-même. J'ai des jumelles qui ont maintenant neuf ans. J'étais là, à côté des couveuses, j'ai touché leurs petits bras et j'ai senti quelque chose que je n'avais jamais ressenti.
    Une sorte de vulnérabilité, de peur aussi. A ce moment-là, j'ai décidé que je devais faire quelque chose avec ça, je ne pouvais nier ce sentiment.
    J'ai commencé à écrire le scénario six ans plus tard quand mes jumelles avaient l'âge de la petite fille dans le film (NDLA : six ans).
    C'était le début du film.

    L'idée d'un bordel, d'où vient-elle ?

    Comme réalisateur et comme scénariste, c'est intéressant de rechercher des choses que je ne connais pas. J'étais curieux du milieu de la prostitution. Je trouve que ce milieu est un agrandissement de la société. La manière dont les hommes et les femmes se parlent, les mensonges dont font preuve les femmes.
    Les hommes veulent être aimés, ils veulent oublier qu'ils payent pour être aimés. Je pense que dans la société, le mensonge est important, est omniprésent. Je trouvais que pour mon histoire, le thème de la culpabilité était également très intéressant. D'où cela vient, notre culpabilité ? La cherche-t-on en nous-même ou nous l'impose-t-on ?

    Il y a beaucoup de non-dits dans le film.

    Pour moi, la vie est comme ça aussi. Quand je fais le film, je veux que ce soit comme dans la vie. Dans la vraie vie, on ne sait pas tout d'un personnage.
    On peut voir des petites choses, on peut s'imaginer le reste. C'est très important d'imaginer des choses comme spectateur.

    Peter Monsaert

    Comment ont réagi les prostituées quand vous vous êtes renseigné sur leur métier ?

    Elles m'ont toutes dit deux choses. Un, on espère que vous allez nous montrer comme de vrais êtres humains. Parce que nous sommes beaucoup plus que notre profession. Quand vous travaillez dans un supermarché, vous êtes la personne qui travaille dans le supermarché mais aussi mère, sœur, présidente d'un club quelque part. Nous, pour les gens, nous ne sommes que des putes.
    Deux, beaucoup de femmes m'ont dit que tous les hommes sont les mêmes. Tous mentent.

    Comment avez-vous choisi les acteurs ?

    Wim Willaert, j'ai travaillé avec lui dans mon premier film "Offline". Pour moi, c'était clair que l'histoire entre nous n'était pas finie. Je voulais voir un autre Wim Willaert,
    c'était très important pour moi et ce n'était pas facile pour lui. Le tournage n'était pas simple parce qu'il aime bien s'extérioriser et là, c'était tout l'inverse.
    Sara et Esra, elles ont fait un casting. Sara a inscrit sa propre fille pour le casting, elle-même a aussi passé une audition. Ce n'est qu'au deuxième tour qu'elle m'a dit que Esra était sa fille. J'ai trouvé cela très bien, j'ai fait une audition avec elles deux et c'était de l'or, c'étaient elles qu'il me fallait.

    Pourquoi le titre "Le Ciel Flamand" en français ?

    Beaucoup de bordels ont des noms français parce que beaucoup de clients viennent de France. C'est juste à côté (NDLA : l'action se situe à la frontière entre la Flandre Occidentale et la France). Je trouve ce titre très beau en français, il est moins beau en néerlandais. J'ai aussi pensé à Jacques Brel avec Marieke, Marieke. Et aussi c'est ironique parce que "Le Ciel Flamand", c'est aussi l'enfer flamand dans cet endroit.

    Votre film a été sélectionné dans plusieurs Festivals, comment a été l'accueil ?

    Très bon. C'est toujours bien de voir qu'une histoire surpasse la Flandre, la Belgique. C'est une histoire universelle qui touche les gens. C'est pour cela que je fais des films.


    Lire aussi la critique du film Le Ciel Flamand
    Lire aussi l'entretien avec Sara Vertongen
    Lire aussi l'entretien avec Wim Willaert 

    « Entretien: Radu Mihaileanu - L'Histoire de l'AmourEntretien: Sara Vertongen - Le Ciel Flamand »

    Tags Tags : , , , , , , , ,