• Entretien: Constance Rousseau - L'année prochaine

    Par Michel Decoux-Derycke - Constance Rousseau est une actrice française. Elle fait ses débuts au cinéma, en 2007, dans "Tout est pardonné" de Mia Hansen-Love. Suivent trois autres films dont "L'année prochaine" de Vania Leturcq.
    Je l'ai rencontrée au FIFF à Namur. Entretien avec une jeune femme décidée.

    Comment vous êtes-vous retrouvé dans "L'année prochaine" ?

    Vania, via mon agent, m'a fait parvenir le scénario avec une petite lettre. Une attention qui m'a beaucoup touchée. Tous les réalisateurs ne font pas ça. J'ai donc lu ce scénario qui m'a plu. J'ai donc rencontré Vania à Paris, c'était l'été. Cela a bien accroché entre nous deux. Du coup, cela est devenu assez évident que l'on travaille ensemble.

    Qu'est-ce que vous a plu dans le scénario ?

    D'abord j'aimais l'idée de tourner avec une réalisatrice et aussi le fait que ce soit son premier film. J'aime beaucoup travailler avec des jeunes gens plutôt qu'avec des vieux gens (rires). Ce qui m'a plu, ce sont les parcours de ces deux jeunes femmes. Que je trouve très beau et surtout très juste. Ce non-jugement à la fin du film. Tout est extrêmement ténu et subtil. C'est cela qui m'a séduit.

    Constance Rousseau © David Ameye

    Votre personnage, Clotilde, est ambitieuse et décide pour Aude, son amie.

    Effectivement mais elle n'est pas machiavélique. Elle veut le meilleur pour son amie. Elle pense que la vie dans leur petit village n'est pas faite pour elles. Y rester est une vie en-dessous de leurs capacités. Et ça, elle le croit très sincèrement, Clotilde. Elle ne veut pas faire de mal à Aude, au contraire, elle lui veut du bien. Après, il s'y prend mal. Son histoire avec son maître de stage fait qu'elle s'éloigne de son amie. Elle vit pour elle-même et non plus pour cette entité qu'elle avait créée avec Aude.

    Comment cela s'est-il passé avec Jenna Thiam qui joue Aude ?

    Cela s'est très bien passé. On ne se connaissait pas avant le film. Vania nous a fait nous rencontrer bien avant le tournage. Par après, on a travaillé ensemble et fait beaucoup d'impros. Nous avons appris à nous connaître. Une complicité s'est créée. Complicité qui nous a aidées sur le tournage.

    Vous êtes ici au FIFF à Namur, connaissiez-vous le Festival ?

    En fait, je suis déjà venue au FIFF, c'était il y a huit ans, pour un court métrage: "Guitar Heroes" de Nicolas Bruyelle. Nous avons même tourné à Namur. Le FIFF est un des festivals les plus sympathiques que je connaisse. C'est aussi génial de pouvoir présenter un film au public. De voir qu'il existe, de le confronter aux regards des spectateurs.

    Lire aussi l'entretien avec Vania Leturcq
    Lire aussi la critique de L'année prochaine

    « Entretien: Vania Leturcq - L'année prochaineCritique: Nos Femmes »

    Tags Tags : , , , , , , ,