• Entretien: Arthur Dupont et Guillaume Gouix - Mobile Home

    Par Michel Decoux-Derycke - Coïncidence, les deux acteurs principaux de "Mobile Home" sont français: Arthur Dupont et Guilllaume Gouix. Qui sont-ils ? Arthur Dupont a débuté au cinéma dans "Arsène Lupin" de Jean-Paul Salomé, depuis, il a enchaîné les films: quatorze au total. Il a été nominé aux Césars dans la catégorie meilleur espoir masculin pour "Bus Palladium", c'était en 2011. Il est aussi apparu à quatre reprises à la télévision entre 2006 et 2009. Quant à Guillaume Gouix, il a débuté en 2000 dans "Deuxième quinzaine de juillet" de Christophe Reichert, il avait alors dix-sept ans. Il en est déjà à son vingtième film. Lui aussi, il a été nominé aux Césars, mais en 2012, dans la catégorie meilleur espoir masculin pour "Jimmy Rivière". Il a aussi fait de la télévision.
    J'ai rencontré les deux comédiens ensemble, c'était lors d'une belle après-midi d'été.

    Comment vous êtes-vous retrouvés dans "Mobile Home" ?

    Guillaume Gouix: Cela a été une rencontre basique avec François Pirot, il m'a appelé pour me proposer le rôle. Par après, il m'a rappelé en me disant qu'il avait pensé à Arthur Dupont pour le rôle de Simon. Est-ce que tu le connais ? Qu'en penses-tu ? François Pirot ne savait pas que nous étions amis dans la vie. Quand il a appris que nous étions potes, cela a été un plus pour le film.

    Arthur Dupont: Tous les trois, nous avons fait une lecture. Après avoir lu, cela a véritablement démarré.

    Guillaume Gouix et Arthur Dupont dans Mobile Home

    Qu'est-ce qui vous a plu dans le rôle et dans le film ?

    Guillaume Gouix: Moi, c'était l'idée de faire un road-movie en panne. C'est assez rare. Il y a aussi la rencontre avec François Pirot. Ce qui compte, c'est d'être avec des réalisateurs qui sont entiers avec le cinéma qu'ils ont envie de faire. Qui ne font aucun cas des contraintes, qui ne font pas de compromis. François Pirot fait partie de ceux-là.

    Arthur Dupont: Ce que j'aimais, c'est cet espèce de choix à faire. L'envie folle de partir, de tout lâcher. Partir avec tout ce que ça implique comme conséquences. Je ferais pareil. Le film n'est pas autobiographique mais il est plein des questionnements de François Pirot. C'est un regard sur sa génération et sur la nôtre parce que Guillaume et moi sommes un peu plus jeunes que lui. Il est impliqué humainement dans ce qu'il raconte dans le film. C'est intéressant pour la direction d'acteurs.

    Arthur Dupont, comment avez-vous appréhendé le personnage de Simon ?

    C'est un documentaire parce je suis beau gosse (rires). Je suis comme je suis, dans l'énergie que je dégage. J'ai pas mal de Simon en moi. Avec François, nous avons resserré des choses. Il m'a vraiment dirigé. Le personnage ne veut pas construire. C'est pour ça qu'il fuit sa vie. Il a raté sa relation avec une femme qu'il a quitté et qui était une femme de son âge. Il n'était pas prêt. Il revient chez ses parents et il piétine. Il se "fait" une petite jeune de 18, 19 ans qui est impressionnée par son espèce de liberté apparente. Mais qui, en fait, n'est pas très solide. Ce n'est que de la poudre aux yeux, c'est ce que l'on voit dans le film.

    Guillaume Gouix, le fait qu'il y ait une panne, qu'ils doivent rester à un endroit et soient obligés de travailler, n'est-ce pas un paradoxe ?

    Exactement. Chacun a dit à son père: on est partis ! Pourtant, ils ne sont qu'à deux kilomètres de chez eux mais ils sont partis. C'est là où il y a l'humour du film. Cela a un côté un peu burlesque. C'est entre le pathétique et la looserie.

    Si vous deviez envie aux lecteurs d'aller voir le film, que diriez-vous ?

    Guillaume Gouix:
    Je me répète mais c'est rare d'avoir un vrai road-movie en panne. Ca vaut le coup d'aller le voir parce qu'il n'y en aura pas beaucoup dans l'histoire du cinéma.

    Lire aussi la critique de Mobile Home
    Lire aussi l'entretien avec François Pirot

    « Entretien: François Pirot - Mobile HomeCritique: Mobile Home »

    Tags Tags : , , , ,