• Critique: Wretches & Jabberers (TEFF 2015)

    Wretches & Jabberers, documentaire de Geraldine Wurzburg

    L'histoire: Road movie accompagnant Tracy Thresher et Larry Bissonnette, deux ambassadeurs des droits des personnes handicapées, dans leur quête pour changer la perception des gens sur l’autisme. Ils revendiquent leurs capacités et intelligence, au-delà de leurs troubles du comportement. Ils parcourent le monde, de conférences en conférences, mais aussi à la rencontre d’autres autistes, du Sri Lanka à la Finlande ou au Japon.

    La critique de Michel Decoux-Derycke: Imaginez deux autistes d'une cinquantaine d'années, avec chacun leur accompagnateur, parcourant le monde pour propager une autre image de l'autisme, loin des clichés habituels. Pour parler, il se servent d'un clavier où ils écrivent ce qu'ils veulent dire et une voix synthétique permet de les entendre. Dispositif utilisé d'ailleurs pour les questions-réponses, juste après la projection au TEFF. 
    Le film documentaire suit Larry et Tracy au Sri-Lanka, au Japon et en Finlande. Chaque étape leur permet de rencontrer un autiste local utilisant le même procédé qu'eux et aussi de donner des conférences. Tous deux respirent la joie de vivre, transmettent avec passion leurs arguments et ne sont pas dénués d'un certain humour. La réalisatrice a su capter pas mal de petits moments intéressants. Toutefois, le film aurait gagné à être raccourci pour un peu plus d'efficacité.

    Affiche Wretches & Jabberers (TEFF 2015)

    « Critique: Le Premier Pas (TEFF 2015)Critique: Skin and Bones (TEFF 2015) »

    Tags Tags : , , ,