• Critique: What the Waters Left Behind (BIFFF 2018)

    What the Waters Left Behind (titre original: Los olvidados), long métrage, réalisation: Luciano Onetti, Nicolás Onetti , scénario: Luciano Onetti, Nicolás Onetti et Carlos Goitia, distribution: Gustavo Garzón, Mirta Busnelli, Victoria Maurette, Victorio d'Alessandro
    Horreur, Argentine, 98'

    Affiche What the Waters Left Behind (BIFFF 2018)

    L'histoire: Un groupe de jeunes fait un voyage dans des ruines afin de filmer un documentaire sur Epecuen, une ville abandonnée après une inondation. Ignorant les avertissements, et après une brève visite, ils se retrouvent bloqués ...

    La critique de Michel Decoux-Derycke: Ce film argentin n'est pas très innovant: une équipe de tournage réalise un documentaire une ville inondée trente ans plus tôt. Les rares habitants de la ville en ruine n'ont pas très envie de parler aux gens venus de la capitale. Bientôt, il y aura un premier cadavre et le reste de l'équipe de tournage devra se battre pour leur vie ou s'échapper. Il y a de la torture, des meurtres, du cannibalisme, un programme classique dans ce genre de film. La
    réalisation est bien foutue, la bande sonore pas mal du tout.
    L'originalité du film est beaucoup plus le décor de cette ville en ruine, ville qui a réellement existé. Depuis vingt-cinq ans, Epecuén fait l'objet d'un tourisme-catastrophe.


    « Critique: The Cured (BIFFF 2018)Critique: Bees Make Honey (BIFFF 2018) »

    Tags Tags : , , , , , , ,