• Critique: Vincent, François, Paul et les autres - 1974

    Vincent, François, Paul et les autres de Claude Sautet avec Yves Montand, Michel Piccoli, Serge Reggiani, Gérard Depardieu, Philippe Léotard, Stéphane Audran, Marie Dubois, Ludmila Mikaël, Antonella Lualdi, Catherine Allégret, Myriam Boyer

    Affiche Vincent, François, Paul et les autres

    L'histoire: Amis depuis la plus tendre enfance, Vincent, François, Paul et Armand, tous la cinquantaine, se retrouvent chaque dimanche à la campagne. Au quotidien, chacun connaît quelques déboires sentimentaux. Mais lorsque Vincent est victime d'une crise cardiaque, ses amis prennent conscience de l'importance de leurs problèmes.

    La critique de Michel Decoux-Derycke: Je ne vais pas le cacher, je suis un admirateur du cinéma de Claude Sautet. J'aime sa façon de parler des gens, de la vie des gens. Tout cela avec simplicité, subtilité, humanité et générosité. Dans les fêlures de ces personnages, il va chercher les raisons d'espérer, de rebondir. Il ne juge jamais, il constate. Chacun de ces films est une raison d'aimer le cinéma.
    Nous sommes en 1974, au moment où "Vincent, François, Paul et les autres" sort dans les salles, Valéry Giscard d'Estaing est Président depuis cinq mois. Toutefois, l'ère Pompidou, post soixante-huitarde, est encore dans tous les esprits, elle a quelque peu éteint les espoirs de bien de Français. C'est, en partie de cela, que témoigne Claude Sautet. Des quadragénaires
    arrivent à un tournant de leurs vies, doivent faire face à des problèmes personnels, professionnels et même de santé. L'occasion, pour chacun d'eux, de faire le point et d'opérer un retour aux vraies valeurs, celles impérissables de l'amitié et du partage.
    La distribution est éclatante: Yves Montand, Michel Piccoli, Serge Reggiani, Gérard Depardieu, Philippe Léotard côté masculin, Stéphane Audran, Marie Dubois, Ludmila Mikaël, Antonella Lualdi côté féminin. Aucun ne tire la couverture à soi, tous se mettent au service de l'histoire. L'alchimie, que réussit Claude Sautet, fait entrer ce sixième long métrage du réalisateur français dans la catégorie des très grands films, n'ayant pas pris une ride.
    Si vous n'avez jamais vu "Vincent, François, Paul et les autres", je vous incite à le faire et si vous l'avez déjà vu, revoyez-le, vous en tirerez à nouveau du plaisir et du bonheur.


    « Critique: Faut pas lui direRamdam Festival 2017: et de sept ! »

    Tags Tags : , , , , , , , ,