• Critique: Une Merveilleuse Histoire du Temps

    Une Merveilleuse Histoire du Temps (titre original: The Theory of Everything) de James Marsh avec Eddie Redmayne, Emily Watson, Felicity Jones, David Thewlis, Lesley Manville, Adam Godley, Charlotte Hope

    L'histoire: 1963, en Angleterre, Stephen, brillant étudiant en Cosmologie à l’Université de Cambridge, entend bien donner une réponse simple et efficace au mystère de la création de l’univers. De nouveaux horizons s’ouvrent quand il tombe amoureux d’une étudiante en art, Jane Wilde. Mais le jeune homme, alors dans la fleur de l’âge, se heurte à un diagnostic implacable: une dystrophie neuromusculaire, plus connue sous le nom de maladie de Charcot, va s’attaquer à ses membres, sa motricité et son élocution, et finira par le tuer en l’espace de deux ans. Grâce à l’amour indéfectible, le courage et la résolution de Jane, qu’il épouse contre toute attente, ils entament tous les deux un nouveau combat afin de repousser l’inéluctable. Jane l’encourage à terminer son doctorat, et alors qu’ils commencent une vie de famille, Stephen, doctorat en poche va s’attaquer aux recherches sur ce qu’il a de plus précieux: le temps.

    La critique: Ce que je retiens du film, c'est l'incroyable et magnifique interprétation de Eddie Reydmane. D'ailleurs, il a remporté l'Oscar du Meilleur acteur, le Golden Globes du meilleur acteur dans un film dramatique et le BAFTA du Meilleur acteur. Ces prix sont largement mérités car Eddie Redmayne donne corps et vie à Stephen Hawking dont il joue le rôle. Il ne faut pas oublier les excellents prestations des autres acteurs notamment Felicity Jones (Jane, l'épouse de Stephen Hawking) et David Thewlis (Dennis Sicama, le professeur qui, le premier, croit en Stephen Hawking).
    La réalisation est classique, logiquement très linéaire puisque c'est un biopic. Il faut raconter beaucoup d'événements en peu de temps ce qui donne, par moments, une impression de lenteur.


    Affiche Une Merveilleuse Histoire du Temps

    « César 2015: le triomphe de TimbuktuOscars 2015: quatre statuettes pour Birdman »