• Critique: Three Generations

    Three Generations (titre original: About Ray) de Gaby Dellal avec Elle Fanning, Naomi Watts, Susan Sarandon, Sam Trammell, Maria Dizzia, Tate Donovan

    Affiche Three Generations

    L'histoire: Ray, 16 ans, vit à New York avec sa mère Maggie, et sa grand-mère Dolly.

    La critique de Michel Decoux-Derycke:  Troisième long métrage de la réalisatrice Gaby Dellal, "Three Generations" ("About Ray" à l'international) met en scène trois générations de femmes : la petite-fille (Ray) qui veut devenir un garçon, la mère célibataire, la grand-mère lesbienne et en couple. Toutes vivent dans la même maison à New York. A travers ces trois générations, on suit la quête d'une signature que doit donner le père de Ray, aux abonnés absents depuis des années.
    Elle Fanning (Ray) est crédible en transgenre, elle s'est métamorphosée pour cela et ainsi est abordé un sujet très actuel sans que ce soit lourd et caricatural. La mère, c'est Naomi Watts, toujours aussi bien quelque soit les rôles qu'elle joue. La grand-mère est interprétée par Susan Sarandon, égale à elle-même, c'est-à-dire dans le haut du panier. Sans oublier le reste du casting bien choisi.
    Au final, le film tord le cou aux stéréotypes sans trop tirer sur le mélo. C'est fait avec soin et savoir-faire.


    « EFA 2016: 5 Prix pour Toni ErdmannCritique: Papa ou maman 2 »

    Tags Tags : , , , , , , ,