• Critique: The Disaster Artist

    The Disaster Artist, long métrage, réalisation: James Franco, scénario: Scott Neustadter et Michael H. Weber, distribution: James Franco, Dave Franco, Seth Rogen, Josh Hutcherson, Zac Efron, Sharon Stone, Melanie Griffith, Tommy Wiseau
    Comédie dramatique - Biopic, USA, 98', sortie le 07/02/2018, distribué par Fox, Meilleur acteur dans un film musical ou comédie Golden Globes 2017 - Coquille d'or San Sebastian 2017

    Affiche The Disaster Artist

    L'histoire: En 2003, Tommy Wiseau, artiste passionné mais totalement étranger au milieu du cinéma, entreprend de réaliser un film. Sans savoir vraiment comment s'y prendre, il se lance... et signe "The Room", le plus grand nanar de tous les temps. Comme quoi il n'y a pas qu'une seule méthode pour devenir une légende.

    La critique de Michel Decoux-Derycke: "The Room" a été écrit, joué, réalisé et produit par Tommy Wiseau et est considéré comme un des pires films, autrement dit un nanar, de tous les temps. Au fil des années, en une quinzaine d'années, il est devenu culte, des séances spéciales sont régulièrement organisées parfois en présence de Tommy Wiseau. C'est cette histoire que raconte "The Disaster Artist".
    La première partie du film, c'est la rencontre entre Tommy Wiseau (James Franco) et Greg Sestero (Dave Franco, le frère cadet de James) qui se déroule dans le cadre d'un atelier de théâtre. En tentant d'imiter Marlon Brandon dans "Un tramway nommé Désir", Tommy Wiseau se couvre de ridicule mais il impressionne Greg Sestero, un jeune acteur timide, grâce à sa façon de s'abandonner totalement et de se foutre complètement du qu'en-dira-t-on. Tommy Wiseau apparaît comme bizarre et c'est un doux euphémisme. Arborant une longue crinière noire, l'homme affirme être âgé de 19 ans et venir de La Nouvelle-Orléans, même si son aspect physique et son accent d'Europe centrale racontent toute autre chose. Pourtant, Greg Sestero accepte d'emménager avec son «mentor» et les deux amis de s'installer à Los Angeles avec la ferme intention d'atteindre les plus hauts sommets.
    En plus de mettre en avant l'histoire de ces hommes, le long métrage recrée le tournage, évidemment chaotique, de plusieurs séquences cultes de "The Room", séquences dont on verra les originales, côte à côte avec celles du film refaites par l'acteur-réalisateur américain, à la fin du film. C'est impressionnant de mimétisme.
    La prestation de James Franco en Tommy Wiseau est bluffante, le travail de transformation effectué par l’acteur est sidérant. L’aisance avec laquelle il s’approprie le look, les mimiques, la voix et surtout le mauvais jeu de son personnage à tel point qu'on se demande si c'est une blague, si l'acteur n'a pas perdu subitement son talent. James Franco ne joue pas Tommy Wiseau, il devient Tommy Wiseau.
    Certains pourraient y voir un beau foutage de gueule mais c'est tout le contraire, c'est un bel hommage au cinéma, à tous ces gens passionnés du 7ème art qui donneraient tout pour faire un film.


    « Critique: Cro ManCritique: Phantom Thread »

    Tags Tags : , , , , , , ,