• Critique: Sing Street

    Sing Street de John Carney avec Ferdia Walsh-Peelo, Aidan Gillen, Maria Doyle Kennedy, Kelly Thornton, Jack Reynor

    Critique: Sing Street

    L'histoire: Dublin, années 80. La pop, le rock, le métal, la new wave passent en boucle sur les lecteurs K7, vibrent dans les écouteurs des walkmans et le rendez-vous hebdomadaire devant « Top of the Pops » est incontournable. Conor, un lycéen dont les parents sont au bord du divorce, est obligé à contrecœur de rejoindre les bancs de l’école publique dont les règles d’éducation diffèrent de celles de l’école privée qu’il avait l’habitude de fréquenter.

    La critique de Michel Decoux-Derycke: Le huitième long métrage de John Carney, à la fois scénariste et réalisateur, m'a fait replonger avec bonheur dans les années 80, celles de la fin de mon adolescence. Années où personne ne pouvait passer à côté du genre de musique qu'on entend dans le film: Duran Duran, Joy Division, ... On sent que le réalisateur a été musicien et qu'il a réalisé des clips vidéos.
    Pour autant, il y a un vrai scénario, ce n'est pas juste une enfilade de saynètes entre des morceaux musicaux. Les problèmes de société de l'époque sont abordés. Exemple: l'éducation, le jeune protagoniste doit aller dans une école publique, dirigée par des prêtres, parce que ses parents manquent d'argent, la récession économique est déjà passée par là. Autre exemple: la séparation des parents, non pas le divorce puisque dans les années 80, l'Irlande ne l'autorisait pas.
    Ce que j'aime aussi dans ce film, c'est comme dans quasi tous les films britanniques, c'est la qualité de l'interprétation. Egalement un mot à dire sur les décors et les costumes, on a vraiment l'impression d'être dans les eighties.
    C'est une des bonnes surprises de cette fin d'année, un vrai coup de coeur.

    « Critique: Moi, Daniel BlakeCritique: Saucisse Party »

    Tags Tags : , , , , , ,