• Critique: Shaun le Mouton

    Shaun le mouton (titre original: Shaun the Sheep), film d'animation de Richard Starzack et Mark Burton

    L'histoire: Shaun est un petit mouton futé qui travaille, avec son troupeau, pour un fermier myope à la ferme Mossy Bottom, sous l’autorité de Bitzer, chien de berger dirigiste mais bienveillant et inefficace. La vie est belle, globalement, mais un matin, en se réveillant, Shaun se dit que sa vie n’est que contraintes. Il décide de prendre un jour de congé, avec pour cela un plan qui consiste à endormir le fermier. Mais son plan fonctionne un peu trop bien et il perd rapidement le contrôle de la situation. Une chose en entraînant une autre, tout le troupeau se retrouve pour la première fois bien loin de la ferme et plus précisément : dans la grande ville. Mais comment un mouton peut-il survivre en ville ?

    La critique de Michel Decoux-Derycke: Apparu pour la première fois en 1995 dans "Wallace et Gromit: Rasé de près", Shaun le mouton s'est retrouvé ensuite dans des publicités, des cartes de voeux, des livres. En 2005, une série lui a été consacrée. Maintenant, il est le héros d'un long métrage.
    Une nouvelle fois, les studios Aardman frappent fort. Bon, je suis peut-être mauvais juge. Car je suis fan depuis que j'ai découvert Wallace et Gromit, ces deux héros en pâte à modeler. Ils m'ont toujours fait rire. Sans oublier le grandiose "Chicken Run", film d'animation à l'égal de grands films de fiction. Revenons à nos moutons ou plutôt à notre mouton: Shaun. C'est un vrai régal de le voir vivre des aventures toutes aussi rocambolesques les unes que les autres. Sans dialogues pendant une heure vingt-cinq, une des grandes forces du film. Tout est dans l'image, les expressions, les situations. Rassurez-vous, il y a de la musique et elle n'est pas prétexte, elle est partie intégrante. Que vous dire de plus ? Allez voir toutes affaires cessantes ce film épatant ! Vous en sortirez avec un grand sourire aux lèvres et une pêche d'enfer.

    Affiche Shaun le Mouton

     

    « Critique: BoychoirCritique: Dealer (BIFFF 2015) »

    Tags Tags : , , , ,