• Critique: Réparer les vivants

    Réparer les vivants de Katell Quillévéré avec Tahar Rahim, Bouli Lanners, Emmanuelle Seigner, Anne Dorval, Kool Shen, Dominique Blanc, Monia Chokri, Karim Leclou, Alice Taglioni, Alice de Lencquesaing, Finnegan Olfield, Galatéa Bellugi

    Affiche Réparer les vivants

    L'histoire: Tout commence au petit jour dans une mer déchaînée avec trois jeunes surfeurs. Quelques heures plus tard, sur le chemin du retour, c’est l’accident. Désormais suspendue aux machines dans un hôpital du Havre, la vie de Simon n’est plus qu’un leurre. Au même moment, à Paris, une femme attend la greffe providentielle qui pourra prolonger sa vie…

    La critique de Michel Decoux-Derycke: Autant le dire tout de suite, "Réparer les vivants" de Kattell Quillévéré est un très beau film, du genre qui va faire sortir certaines choses bloquées en vous depuis longtemps. Cela faisait un bout de temps que je n'avais pas eu les larmes aux yeux pendant un film. Tout le long, j'ai vécu un torrent d'émotions, de celles qui font du bien et qui m'ont fait sortir de la salle avec une sacrée envie de mordre la vie à pleines dents.
    C'est une adaptation du livre du même nom de Maylis de Kerangal, paru en 2014. Le casting est éblouissant, de Tahar Rahim à Dominique Blanc en passant par Bouli Lanners, Emmanuelle Seigner, Anne Dorval, Kool Shen, Alice Taglioni, Monia Chokri, Karim Leclou, Finnegan Olfield, tous jouent leur partition avec une justesse et une conviction incroyable. Pour certains, on croirait même qu'ils ont vraiment fait médecine.
    Le film aborde un thème qui pourrait tous nous concerner un jour: le don d'organes. C'est avec sensibilité et justesse, avec une distance salutaire, que le long métrage en parle. A ce propos, c'est un combat très important que chacun de nous peut mener, c'est un acte de solidarité qui peut permettre à des malades chroniques de retrouver une vie normale.
    La bande originale est signée Alexandre Desplat et pour une fois, moi qui ne suis pas un grand fan du compositeur français, je trouve qu'elle s'accorde bien avec le film. La réalisation est aussi très réussie, elle est, par moments, proche du documentaire surtout quand il y a des actes chirurgicaux. Rassurez-vous, pour les âmes sensibles, ce n'est pas rhédibitoire.
    Après trois longs métrages dont "Suzanne" que j'avais beaucoup aimé avec un étonnant François Damiens, Katell Quillévéré démontre une belle maîtrise et je pressens que son avenir pourrait être radieux. Mais le présent l'est déjà avec ce long métrage que vous devez aller voir !



    « Critique: Le Ciel AttendraLa salle IMAX rouvre ses portes à Bruxelles »

    Tags Tags : , , , , , , , ,