• Critique: Renaissances

    Renaissances (titre original: Self/less) de Tarsem Singh avec Ben Kingsley, Ryan Reynolds, Matthew Goode, Melora Hardin, Michelle Dockery, Victor Garber

    L'histoire: Que feriez-vous si on vous proposait de vivre éternellement ? Damian Hale, un richissime homme d’affaires de New-York, atteint d’une maladie incurable, se voit proposer une opération révolutionnaire par le mystérieux groupe Phénix: transférer son esprit dans un corps de substitution, «une enveloppe vide», un nouveau corps jeune et athlétique pour prolonger sa vie. Comment résister à une telle proposition ? Damian Hale procède au transfert et redécouvre les joies de la jeunesse, du luxe et des femmes dans son nouveau corps. Jusqu’au jour où Damian découvre un terrible secret sur l’opération. Un secret pour lequel Phénix est prêt à tuer.

    La critique de Michel Decoux-Derycke: Tarsem Singh est plutôt rare sur le grand écran. Avec "Renaissances", on compte seulement cinq longs métrages en quinze ans, les autres étant "The Cell", "The Fall", "Les Immortels" et "Blanche-Neige". Le réalisateur indien quitte ses univers fantastiques pour s'attaquer à la science-fiction.
    Autant le dire tout de suite, ce n'est ni décevant ni transcendant, c'est moyen. En changeant de genre, Tarsem Singh a, semble-t-il, perdu sa singularité. Pourtant, l'histoire, le transfert de la conscience d'un homme dans un nouveau corps, pouvait donner lieu à un film très intéressant, posant des questions éthiques. Ce n'est pas le cas. On est dans un simple film d'action.

    Affiche Renaissances

     

    « Prix LUX 2015: les trois finalistesCritique: Love »

    Tags Tags : , , , , , , , ,