• Critique: Quelques heures de printemps

    Quelques heures de printemps de Stéphane Brizé avec Vincent Lindon, Hélène Vincent, Emmanuelle Seigner, Ludovic Berthillot, Olivier Perrier, Silvia Kahn, Sylvie Jobert

    L'histoire: A quarante-huit ans, Alain Evrard est obligé de retourner habiter chez sa mère. Cohabitation forcée qui fait ressurgir toute la violence de leur relation passée. Il découvre alors que sa mère est condamnée par la maladie. Dans ces derniers mois de vie, seront-ils enfin capables de faire un pas l'un vers l'autre ?

    La critique de Michel Decoux-Derycke: Dans ce film, c' est la question du libre arbitre qui est posée, a-t-on le droit de décider de sa propre mort, de vouloir abréger ses souffrances ? Stéphane Brizé le fait à travers une relation mère-fils. Une relation compliquée dûe au
    x non-dits, à l'incompréhension entre deux êtres ne sachant pas communiquer. Le fils, sortant de prison et obligé de loger chez sa mère, ne sait quoi faire de sa vie et se heurtant à sa mère, pétrie d'habitudes. Tous les deux vont jouer au jeu du chat et de la souris, aucun ne voulant montrer à l'autre qu'il l'aime.
    Dans le rôle de la mère, Hélène Vincent est extraordinaire. Un jeu sans effets de manches, sans fioritures. Vincent Lindon n'est pas en reste.

    Affiche Quelques heures de printemps

    « Critique: Des hommes sans loiCritique: A Royal Affair »

    Tags Tags : , , , , , , ,