• Critique: Quand j'étais papillon (TEFF 2017)

    Quand j'étais papillon, documentaire, réalisation: Jenny Saastoimonen et Alain Charmot, scénario: Jenny Saastoimonen et Alain Charmot
    France, 47'

    Affiche Quand j'étais papillon

    L'histoire: Ils s’appellent Antony, Hervé, Lauriane, Maurice ou Françoise. Ils vivent dans des foyers pour personnes porteuses de déficience intellectuelle. Le film recueille leurs paroles longtemps restées sous silence autour de leur vie sentimentale et sexuelle.

    La critique de Michel Decoux-Derycke: L'amour et la sexualité, cela pose problème pour beaucoup. Déjà chez les gens dits "normaux", c'est difficile d'en parler alors chez les handicapés, ma bonne dame, il ne faut même pas y penser. Pourtant, ce sujet est de plus en plus abordé dans les films et c'est bien normal, c'est la vie.
    Ici, les réalisateurs ont choisi un dispositif particulier afin de libérer la parole, ils parlent sur un fond noir, hors de leurs institutions. Tous peuvent ainsi s'exprimer librement, sans contrainte. On s'aperçoit, je n'en suis même pas étonné, que c'est exactement la même chose que tout un chacun, il y a les timides, les moins timides, les rigolos, les gênés, ... Aussi que tout simplement, les institutions ne sont pas préparées au fait que les handicapés veulent être amoureux, pouvoir être ensemble, se marier et éventuellement avoir des enfants. Elles n'ont pas avancé avec le monde, il faudrait qu'elles se remettent en question.

    « Critique: Une Vie Normale (TEFF 2017)Critique: Gildas a quelque chose à vous dire (TEFF 2017) »

    Tags Tags : , , , , ,