• Critique: Otages à Entebbe

    Otages à Entebbe (titre original:  7 Days in Entebbe) de José Padilha avec  Rosamund Pike, Daniel Brühl, Eddie Marsan, Ben Schnetzer, Denis Ménochet
    Drame, Royaume-Uni, 107', sortie le 30/05/2018, distribué par eOne, Hors Compétition Festival de Berlin 2018

    Affiche Otages à Entebbe

    L'histoire: En 1976, deux Palestiniens et deux Allemands prennent un avion en otage et le détourne vers Entebbe en Ouganda. Sur place, ils demandent la libération de douzaines de Palestiniens et de prisonniers pro-Palestiniens.

    La critique de Michel Decoux-Derycke: José Padilha est le réalisateur de, entre autres, "Tropa de Elite", "Tropa de Elite 2" et "Robocop". Avec "Otages à Entebbe", il s'attaque à nouveau à un sujet musclé et à une histoire vraie: le détournement d'un avion d'Air France il y a un peu plus de quarante ans et signe la troisième adaptation, au cinéma, de cette histoire.
    On aurait pu s'attendre à un film spectaculaire mais le réalisateur privilégie le côte psychologique et politique. Il nous montre notamment que les deux preneurs d'otages allemands (joués par Daniel Brühl et Rosamund Pike) se sont retrouvés vite dépassés par la situation, ils ont été le jouet des autres preneurs d'otages, des Palestiniens, et de Idi Amin Dada (alors Président de l'Ouganda, complètement à la masse). Au même moment, Israël, avec  Yitzhak Rabin comme Premier ministre, mettait au point un plan pour sauver les otages. L'opération, déclenchée quelques jours plus tard, fera dix victimes: les six preneurs d'otages, trois otages et un soldat israélien (Jonathan Netanyahou, le frère de l'actuel Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou)
    José Padilha signe un film intéressant, efficace et maîtrisé. Par contre, le parallèle qu'il fait entre l'assaut final et un spectacle de danse, parasite son propos de façon étrange et plutôt inconvenante.

    « Critique: En GuerreCritique: Mon Ket »

    Tags Tags : , , , , , , ,