• Critique: Oppression

    Oppression (titre original: Shut In) de Farren Blackburn avec Naomi Watts, Jacob Tremblay, Oliver Platt, Charlie Heaton, Clémentine Poidatz

    Affiche Oppression

    L'histoire: Depuis le décès de son époux, Mary, pédopsychiatre, vit seule avec son beau-fils dans un chalet isolé de la Nouvelle-Angleterre. A l'approche d'une violente tempête de neige, Tom, l'un de ses jeunes patients, est porté disparu. Mary, tout à coup sujette à des hallucinations et prise de paranoïa, est bien décidée à retrouver le jeune garçon avant qu'il ne disparaisse à jamais.

    La critique de Michel Decoux-Derycke: Vendu comme un thriller fantastique, force est de constater qu'il ne s'agit que d'un tout petit thriller, de ceux qu'on regrette d'avoir vu. Le début est engageant, la seconde partie fait s'écrouler tout l'édifice construit dans la première partie. C'est bourré de clichés, de situations cent fois vues. Il n'y a aucun suspens, aucun moment un tant soit peu angoissant. Bref, le titre français "Oppression" est plutôt mal choisi, il aurait fallu employer le mot dépression surtout quand le film se termine.
    Je me demande ce que fait Naomi Watts dans cette galère, le réalisateur a dû être très convaincant ou l'estampille EuropaCorp (Luc Besson) l'a-t-elle aveuglé ?


    « Critique: The Jane Doe IdentityLes Enfants Terribles 2017: appel à films »

    Tags Tags : , , , , , , ,