• Critique: Okja

    Okja de Bong Joon-ho avec Seo-Hyun Ahn, Tilda Swinton, Jake Gyllenhaal, Paul Dano,  Steven Yeun, Lily Collins, Daniel Henshall, Devon Bostick

    Affiche Okja

    L'histoire: Lucy Mirando est à la tête de la société Mirando Corporation, elle annonce la création de cochons géants. Vingt-six seront élevés par le monde selon les spécificités locales et au bout de dix ans, un des cochons sera couronné le plus beau cochon. Mija vit avec son grand-père dans les montagnes sud-coréenne en compagnie d'un de ces cochons qu'elle appelle Okja. Alors qu'Okja est l'objet d'une lutte entre la société Mirando Corporation et les membres du Front de Libération Animale, Mija fait tout son possible pour retrouver sa meilleure amie.

    La critique de Michel Decoux-Derycke: Lors de sa sélection au dernier Festival de Cannes, "Okja" a provoqué la polémique. Financé par Netflix, le film n'allait pas sortir dans les salles françaises et étrangères comme à l'habitude pour un film repris en compétition officielle. Je ne vais pas entrer plus avant dans le débat mais juste dire que la majorité des films doit être vu en salles, c'est sans conteste le meilleur endroit pour voir un long métrage, déjà à cause de la taille de l'écran. Bien qu'avec tous les supports existant actuellement, il est inévitable que quelques-uns veulent s'y aventurer, je ne peux les blâmer, toute expérience étant utile.
    Le réalisateur sud-coréen Bong Joon-ho revient, 4 ans après "Snowpiercer, le Transperceneige", pour nous livrer une satire sur l'industrie agro-alimentaire qui en prend pour son grade. Ahn Seo-hyeon joue le rôle principal, celui de Mija, elle apporte une vraie innocence à cette histoire, où une enfant, vivant loin de tout avec son grand-père paysan, découvre le monde froid des adultes. Okja est  visuellement bien fait et crédible. Quant au reste du casting, il est très bien notamment Jake Gyllenhaal, jouant une personnalité TV complètement déjantée et narcissique. Tilda Swinton est fidèle à elle-même, dans un rôle de PDG prête à tout, très proche de celui qu'elle tenait dans Snowpiercer du même réalisateur. Steven Yeun, Paul Dano, Lily Collins tiennent bien leurs rôles en membres activistes de l'AFL (Front de Libération des Animaux).
    Plus grand public que ses précédents films, "Okja" comporte néanmoins deux scènes plutôt difficiles, au ton très grave, et diablement efficaces. Toutefois, si il y a un certain manque de nuances dans le propos du film, il n'en reste pas moins un conte qui parlera au plus grand nombre et qui apportera de l'eau au moulin aux défenseurs de la cause animale.

    « Du disco à la CinematekCritique: Visages, Villages »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,