• Critique: Nous Quatre (1)

    Nous Quatre de Stéphane Hénocque avec Pierre Olivier, Justine Louis, François Huberty, Florian Pâque, Renaud Rutten,  Antoine Vandenberghe, Laurent D'Elia, Didier Boclinville, Marcos Adamantiadis, Yannick Flotte, Frédéric Nicolas, Jef Poccini,  Marion Falisse, Samuel Rizzo

    L'histoire: David est atteint d’une maladie nécessitant une greffe de moelle osseuse, sa vie a basculé. Son père adoptif décide de l'aider en lui donnant le nom de son père biologique afin de le trouver et de le convaincre d’effectuer une greffe. Mais avant que David ne se lance à sa recherche, il demande de l’aide à ses trois meilleurs amis, Vincent, Léo et Mélanie, dont l’amitié s’est dégradée avec le temps.
    David réussit à les convaincre de faire ce qu’ils pensaient être une virée d’une après-midi, qui va vite se transformer en voyage inattendu dans tout le pays, semée d’embûches et de rencontres insolites.
    Le gros problème de David est sa maladie qu’il a cachée à ses amis. Une chose est sûre, au bout du chemin, leur amitié en sera bouleversée.

    La critique de Michel Decoux-Derycke: Un budget de 8000€ (une grosse partie en financement participatif), une dizaine de jours de tournage, deux ans de montage, il aura fallu beaucoup de cogitations et d'opiniâtreté à Stéphane Hénocque pour voir son premier long métrage projeté sur grand écran. Lors de l'avant-première, plus de mille spectateurs payants avaient rallié Kinépolis Rocourt, à quelques pas du domicile du réalisateur. Une standing-ovation a ponctué la fin du film.
    C'est du bon cinéma. Stéphane Hénocque réussit à nous emmener dans ce road-movie oscillant entre émotion et humour, entre rires et larmes. La quête du père et la reconstitution d'une bande d'amis nous permet de parcourir la Belgique, de Liège à Ostende en passant par Namur, les Ardennes et Bruges.
    On s'attache à ces quatre jeunes partis en vadrouille, ils ont de la profondeur, sans doute parce que le réalisateur connaît très bien les quatre comédiens principaux, en les laissant improviser tout en les guidant, il leur donne une authenticité. Quelle bonne idée aussi d'avoir pris Renaud Rutten et Didier Boclinville. Le premier livre une belle prestation dans un rôle tout en retenue, le second est hilarant dans le rôle de loueur de kayaks.
    Quant à la réalisation, elle est dynamique, avec certes des petits défauts, mais on les oublie vite. Stéphane Hénocque sait filmer, autant les visages que les plans larges sur la nature. Il y a aussi la musique faisant totalement partie du film.
    Tout au long de l'année, je suis souvent déçu et catastrophé en voyant de mauvais films, bâclés, écrits avec les pieds, distribués dans les salles. Ici, nous avons un bon film et il n'a pas de... distributeur, comprenne qui pourra ! Il mérite largement une exposition dans les salles. Alors c'est pour quand ?


     Affiche Nous Quatre

     

     

     

     

     

     

     

    La critique pour la sortie en salles

     

    « Critique: Hitman: Agent 47Entretien: Stéphane Hénocque - Nous Quatre »

    Tags Tags : , , , , , ,