• Critique: Mr.Turner

    Mr.Turner de Mike Leigh avec Timothy Spall, Roger Ashton-Griffiths, Robert Portal, Jamie Thomas King, Richard Dixon, Lasco Atkins, John Warman

    L'histoire: Les dernières années de l’existence du peintre britannique, J.M.W Turner (1775-1851). Artiste reconnu, membre apprécié quoique dissipé de la Royal Academy of Arts, il vit entouré de son père qui est aussi son assistant, et de sa dévouée gouvernante. Il fréquente l’aristocratie, visite les bordels et nourrit son inspiration par ses nombreux voyages. La renommée dont il jouit ne lui épargne pas toutefois les éventuelles railleries du public ou les sarcasmes de l’establishment. A la mort de son père, profondément affecté, Turner s’isole. Sa vie change cependant quand il rencontre Mrs Booth, propriétaire d’une pension de famille en bord de mer.

    La critique de Michel Decoux-Derycke: Long (150 minutes), lent, le plus souvent à la limite de l'ennui et pour couronner le tout, un festival de grognements pour Timothy Spall. A ce propos, je ne comprends pas qu'il y ait le Prix d'interprétation à Cannes. Autant donner directement le prix à un ours, cela aurait été plus drôle.
    Les seules choses à sauver, c'est le portrait de la société anglaise du milieu du 19ème siècle ainsi que l'histoire d'amour vécue par J.M.W Turner dans les dernières années de sa vie.

    Affiche Mr.Turner

    « Critique: BrabançonneCritique: Le Père Noël »

    Tags Tags : , , , , , , , ,