• Critique: Mitra (FIFF 2018)

    Mitra de Jorge León avec Lola Felouzis, Mitra Kadivar, Claron McFadden, Jacques-Alain Miller, Eva Reiter
    Documentaire, Belgique, 80', sortie le 14/11/2018, distribué par ScreenBox, Compétition officielle FIFF 2018, Sélection Etats Généraux du Documentaire Lussas 2018, Prix Marseille Espérance FIDMarseille 2018

    Affiche Mitra (FIFF 2018)

    L'histoire: Hiver 2012 - Internée contre son gré dans un hôpital psychiatrique à Téhéran, Mitra Kadivar, psychanalyste iranienne, entame une correspondance par courriel avec Jacques-Alain Miller, fondateur de l'Association Mondiale de Psychanalyse.
    Eté 2017 - une équipe artistique s'inspire de ces échanges pour créer un opéra en s'empreignant de la réalité d'un hôpital psychiatrique.

    La critique: Il m'a fallu un bon quart d'heure pour véritablement entrer dans le film. Le début est une lecture d'une femme racontant son histoire, face à un ordinateur. Franchement, je me suis demandé si je ne partais pas vers un documentaire ardu, plombant et m'exposant une histoire n'évoquant rien.
    En fait, j'ai adhéré quand j'ai senti que le réalisateur voulait raconter la folie du côté des "fous". C'est fait d'une manière spéciale, on a une sorte de making-of dans le film, comme dans un film expérimental. Quand j'ai entendu le témoignage d'une bipolaire, cela m'a remué puisque (là, j'expose ma vie privée) j'ai vécu quatre ans avec une bipolaire et tout ce que la femme racontait, je l'ai ressenti de l'autre côté, il y avait de l'authenticité. A un moment, un confrère m'a murmuré, à propos d'un malade, qu'il n'était pas fou du tout. Effectivement, il ne l'était pas, il allait un peu plus lentement pour parler mais toutes ses paroles étaient compréhensibles et tapées au coin du bon sens.
    Je me doute que beaucoup n'aimeront pas, considérant la folie comme un problème à régler dans des hôpitaux psychiatriques en leur donnant le plus de médicaments possibles (l'industrie pharmaceutique se régale !). Mais non, je pense que certaines personnes ont sans aucun doute besoin de médocs, surtout, ils ont besoin d'attention, de compréhension.

    « Critique: Nos batailles (FIFF 2018)Critique: La Chute de l'empire américain (FIFF 2018) »

    Tags Tags : , , , , , , ,