• Critique: Love

    Love de Gaspar Noé avec Karl Glusman, Aomi Muyock, Klara Kristin, Juan Saavedra, Jean Couteau, Vincent Maraval, Isabelle Nicou, Xamira Zuloaga, Stella Rocha, Benoît Debie

    L'histoire: Un 1er janvier au matin, le téléphone sonne. Murphy, 25 ans, se réveille entouré de sa jeune femme et de son enfant de deux ans. Il écoute son répondeur. Sur le message, la mère d'Electra lui demande, très inquiète, s'il n'a pas eu de nouvelle de sa fille, disparue depuis longtemps. Elle craint qu'il lui soit arrivé un accident grave. Au cours d'une longue journée pluvieuse, Murphy va se retrouver seul dans son appartement à se remémorer sa plus grande histoire d'amour, deux ans avec Electra. Une passion contenant toutes sortes de promesses, de jeux, d'excès et d'erreurs…

    La critique de Michel Decoux-Derycke: Gaspar Noé traîne derrière lui un parfum de scandale. Déjà, avec "Irréversible" en 2002, il avait mis le Festival de Cannes sens dessus-dessous. Cette fois, c'est encore sur la Croisette qu'il a fait le buzz avec "Love". Un mélodrame dans un triangle amoureux avec du sexe frontal, non simulé.
    C'est bien de vouloir faire un film avec de vraies scènes de sexe, pour les entourer, écrire un vrai scénario avec de vrais dialogues aurait été mieux. Parce que l'improvisation, c'est bien un temps mais point trop n'en faut. Surtout que le casting n'est pas terrible. Le réalisateur a dû se rabattre sur des acteurs de deuxième zone voire de troisième zone. Bon, il est logique que des acteurs connus n'aient pas pris le risque de jouer dans ce film. Notons que Gaspar Noé l'avait proposé, avant
    "Irréversible", à Vincent Cassel et Monica Belluci, ceux-ci avaient refusé.
    Quant au sexe, on a droit à un catalogue quasi complet, seul manque la sodomie et le trio homme-femme-homme. Comme si Gaspar Noé voulait montrer qu'il avait bien révisé son petit porno illustré. Dans ces nombreuses scènes, une est assez remarquable, celle entre les deux femmes et l'homme, elle est belle et apporte quelque chose au long métrage.
    Au final, "Love" est un objet de curiosité qui ravira les aficionados de Gaspar Noé, en irritera quelques-uns et laissera indifférent les autres.


    Affiche: Love

     

    « Critique: RenaissancesCritique: Quiet Bliss »

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,