• Critique: Les Heures sombres

    Les Heures sombres (titre original: Darkest Hour), long  métrage, réalisation: Joe Wright, scénario: Anthony McCarten, distribution: Gary Oldman, Kristin Scott-Thomas, Lily James, Ben Mendelsohn, Stephen Dillane, Ronald Pickup, Charley Palmer Rothwell
    Drame historique
    , Royaume-Uni, 125', sortie le 17/01/2018, distribué par Sony

    Affiche Les Heures sombres

    L'histoire:  Une partie de la vie de Winston Churchill, à partir de mai 1940, lorsqu'il devient Premier ministre en pleine Seconde guerre mondiale.

    La critique de Michel Decoux-Derycke: Churchill est un des hommes politiques que j'apprécie le plus, je ne dis pas aimer puisque aimer un homme politique, cela me paraît inconcevable, hors de sens. On aime sa femme, ses enfants ou ses parents. Oui, apprécier parce qu'à un moment critique de l'histoire mondiale, il a su imposer sa vision des choses, résister au petit moustachu vociférant et de plus, cela faisait des années qu'il prévenait du danger, qu'il pressentait que Hitler allait devenir un monstre assoiffé de conquêtes. Bien entendu, Churchill a profité des circonstances mais heureusement qu'il était là pour faire barrage, pour dire aux Britanniques et à ceux ayant la flamme de la liberté en eux, qu'il fallait résister quitte à ce que soit avec du sang, de la sueur et des larmes.
    Le plus important pour le réalisateur Joe Wright ("Orgueil et Préjugés", "Anna Karénine"), c'était sans doute de choisir l'acteur qui allait interpréter Churchill et il a eu le nez fin en prenant Gary Oldman, il n'interprète pas, il est Churchill, j'avais l'impression de voir devant moi l'homme à l'humour cynique, aux cigares en bâton de chaise, buvant du gin au petit déjeuner et disant que le secret de sa forme, c'était no sport, no sport et no sport. Gary Oldman vient de remporter le Golden Globes du meilleur acteur dramatique et mon petit doigt me dit qu'il sera en bonne place aux Oscars.
    Je n'oublie pas non plus les rôles secondaires: Kristin Scott-Thomas (Clementine Churchill, l'épouse, importante dans l'histoire churchilienne), Ben Mendelsohn (le roi George VI qui était contre la nomination de Churchill au poste de Premier ministre) et Lily James (Elizabeth Layton, secrétaire personnelle du grand homme pendant la Seconde Guerre mondiale).
    Ce qui est bien dans "Les Heures sombres", ce sont les reconstitutions de Londres, d’un état major souterrain, des palais et des demeures, des prises de vue créatives, parfois aériennes qui font de ce film une épopée flamboyante, avec une dimension intime.
    "Les Heures sombres" est aussi un complément à "Dunkerque", celui-ci commence au moment où le long métrage de Joe Wright se termine. Nous avons donc, en moins d'un an, deux films britanniques nous racontant deux moments importants de la dernière guerre et nous disant qu'inverser le cours des choses, c'est le plus souvent d'en avoir dans le pantalon.


    « Critique: Laissez bronzer les cadavresÇa Est Du Belge ! 5 »

    Tags Tags : , , , , , , ,