• Critique: Les Démons (FIFF 2015)

    Les Démons de Philippe Lesage avec Edouard Tremblay-Grenier, Pier-Luc Funk, Pascale Buissières, Laurent Lucas

    L'histoire: Pendant qu’une série d’enlèvements de jeunes garçons sévit à Montréal, Félix, dix ans, termine son année scolaire dans une banlieue d’apparence paisible. Enfant imaginatif et sensible, Félix a peur de tout: du possible divorce de ses parents, des maniaques qui s’en prennent aux petits garçons, des voisins louches, et même du sida. Peu à peu les démons imaginaires de l’enfant côtoient ceux d’un monde inquiétant.

    La critique de Sophie G: Je serai toujours plus indulgente avec un premier film. Philippe Lesage était déjà passé derrière la caméra, pour des documentaires et il s’agit de deux exercices bien différents. "Les Démons" est donc sa toute première fiction. Il y a quelques bonnes choses. Les jeunes acteurs jouent à la perfection. Le réalisateur maîtrise son image et sa lumière, et cela nous offre un spectacle esthétiquement très agréable.
    Seulement… je suis vraiment déçue… vraiment déçue. En lisant le synopsis (ci-dessus), je pensais qu’il y aurait quelque chose de fantastique ou d’angoissant dans la matérialisation des peurs du jeune Félix. Que nenni ! Au contraire, nous sommes dans le réalisme le plus absolu. J’espérais, pour tout vous dire, que l’accumulation des angoisses du garçon, crée une structure narrative semblable à celle de «l’enfant qui crie au loup». Au départ, tout le monde le croit, puis, au moment du vrai danger, plus personne ne l’écoute, créant une ironie dramatique fascinante et efficace. Ici, Philippe Lesage nous fait attendre, vraiment longtemps, avant que son histoire de violeurs d’enfants ne commence, presque la moitié du film. Cela retarde l’intrigue la plus importante, et au moment où elle nous parvient enfin, nous changeons de point de vue, nous quittons Félix pour suivre le pédophile, étouffant les seules chances de créer du suspense. C’était ennuyeux, pas si mauvais que ça, mais ennuyeux. Si Philippe Lesage réalise une deuxième fiction, je la regarderai volontiers, ne serait-ce que pour voir s’il exploite mieux ses bonnes idées de scénario, et les dynamise avec un bon montage.

    Affiche Les Démons


    « FIFF 2015: le regard de David Ameye (3)Critique: Chorus (FIFF 2015) »

    Tags Tags : , , , , , , ,