• Critique: Les Cowboys

    Les Cowboys de Thomas Bidegain avec François Damiens, John C. Reilly, Finnegan Oldfield, Antoine Chappey, Agathe Dronne, Elloria Torchia, Maxim Driesen, Antonia Campbell-Hughes

    L'histoire: Une grande prairie, un rassemblement country western, quelque part dans l’est de la France. Alain est l’un des piliers de cette communauté. Il danse avec Kelly, sa fille de 16 ans sous l’œil attendri de sa femme et de leur jeune fils Kid. Mais ce jour-là, Kelly disparaît. La vie de la famille s’effondre. Alain n’aura alors de cesse que de chercher sa fille, au prix de l’amour des siens et de tout ce qu’il possédait. Le voilà projeté dans le fracas du monde. Un monde en plein bouleversement où son seul soutien sera désormais Kid, son fils, qui lui a sacrifié sa jeunesse, et qu’il traîne avec lui dans cette quête sans fin.

    La critique de Michel Decoux-Derycke: Thomas Bidegain est l'un des scénaristes français les plus cotés du moment. Il a écrit les scénarios des trois derniers films de Jacques Audiard ("Un prophète", "De rouille et d'os", "Dheepan") ainsi que ceux de "La Résistance de l'air" de Fred Grivois, "Saint Laurent" de Bertrand Bonello, "A perdre la raison" de Joachim Lafosse. Il a aussi été récompensé par deux César, deux Etoile d'or et un Prix Lumière.

    C'est donc avec curiosité que j'attendais le premier long métrage réalisé par Thomas Bidegain. Malgré quelques défauts inhérents à une première réalisation, c'est globalement une réussite. 
    D'abord parce que c'est une œuvre ancrée dans un contexte historique, tombant à point nommé en ces temps où les attentats font la Une. Pour raconter la grande histoire, Thomas Bidegain part du plus bas: une famille de provinciaux dont la fille a disparu lors d'une fête country. Le père puis le fils et frère vont se mettre à sa recherche. C'est tout ce parcours que le réalisateur nous restitue simplement, sobrement, sans pathos. 
    Ensuite parce que les deux acteurs principaux incarnent véritablement leur personnage. Personnages dans toute leur complexité et leur humanité. Le père, c'est François Damiens. Thomas Bidegain l'emmène loin, encore plus loin que dans "Suzanne" où déjà l'acteur belge se révélait de belle manière dans un registre dramatique. Le fils, c'est Finnegan Oldfield. Celui-ci est apparu dans une dizaine de films, il tient ici son premier grand rôle et c'est une belle découverte. A tel point qu'il a été récemment présélectionné pour le César du Meilleur Espoir masculin. 
    Enfin parce que des scènes m'ont particulièrement marqués, étonnamment celle du début et celle de fin. Celle du début, on ne sait pas très bien pourquoi on est dans cette fête country. Va-t-on devoir subir les clichés éculés sur ce genre musical ? Eh bien non, petit à petit, on comprend ce que le réalisateur veut nous dire. Celle de fin, elle est tout simplement magnifique. En quelques regards, tout est dit. 
    Je vous conseille vivement ce film. Vous serez happé par cette histoire, vous serez ému et longtemps après, il vous trottera dans la tête

    Affiche Les Cowboys

     Lire aussi l'entretien avec Thomas Bidegain

    « Critique: SuburraLe génocide arménien au cinéma »

    Tags Tags : , , , , , , ,