• Critique: Les Bienheureux

    Les Bienheureux de Sofia Djama avec Sami Bouajila, Faouzi Bensaïdi, Nadia Kaci, Amine Lansari, Lyna Khoudri, Adam Bessa
    Drame, Algérie, 102', sortie le 09/05/2018, distribué par MOOOV, Prix de la meilleure actrice section Orrizonti Venise 2017

    Affiche Les Bienheureux

    L'histoire: Alger, quelques années après la guerre civile. Amal et Samir ont décidé de fêter leur vingtième anniversaire de mariage au restaurant. Pendant leur trajet, tous deux évoquent leur Algérie: Amal, à travers la perte des illusions, Samir par la nécessité de s'en accommoder. Au même moment, Fahim, leur fils, et ses amis, Feriel et Reda, errent dans une Alger qui se referme peu à peu sur elle-même.

    La critique de Michel Decoux-Derycke:"Les Bienheureux" est le premier long métrage de Sofia Djama. L'action se situe en 2008 soit vingt ans après la guerre civile ayant ravagé l'Algérie.
    C’est une chronique familiale. Les acteurs font leur boulot sans beaucoup de conviction dans leur rôle. Les situations parlent pourtant à tout le monde mais l’enjeu est trop faible pour intéresser le spectateur. En fait, c'est l’histoire d’une famille normale avec ses problèmes normaux, tentant de s’accrocher ou de se détacher du passé. Le problème, c’est que ce dernier point n’est pas assez limpide.
    J'ai eu donc du mal à comprendre ce que la réalisatrice a voulu dire. Pourtant, il semble que certains ont compris puisque le film a été récompensé à Venise, à Montpellier et à Genève.

     

    « Critique: Final PortraitBSFF 2018: le palmarès »

    Tags Tags : , , , , , , , ,