• Critique: Léopold, roi des Belges (FIFF 2018)

    Léopold et ses frères de Cédric Vandresse et Matthieu Collard avec les voix de Rosalia Cuevas, Antonio Lo Presti, Fabian Lecastel, Daniel Nicodème, Michel de Warzée, Matthieu Collard, Maire du Bled, Fabienne Loriaux, Michael Meurant, Mélodie Valemberg, Bruno Mardage
    Animation - Histoire, Belgique, 47', Sélection FIFF 2018

    Affiche Léopold, roi des Belges (FIFF 2018)

    L'histoire: Europe, 1830. Un prince allemand se noie dans le chagrin, pleurant chaque jour la disparition de son épouse. Quand les Belges se révoltent contre le joug hollandais, les grandes puissances le choisissent pour devenir le premier roi de Belgique. Loin des convenances des grandes cours d'Europe, il découvre un peuple aussi simple qu'insolite. Mais dix jours plus tard, l'armée hollandaise déferle sur la jeune nation. Guillaume de Hollande veut récupérer son bien. Comment celui qu'on appelait le « Roi Vampire » va-t-il sauver la Belgique et devenir incontournable en Europe ?

    La critique: Apprendre l'histoire de Léopold, le premier roi des Belges, et par conséquent celle de la Belgique, de manière ludique, vous croyez que cela ne peut pas exister. Pourtant, des Namurois se sont attelés à ce pari, ils l'ont fait à travers un moyen métrage d'animation présenté au FIFF.
    "Léopold, roi des Belges" est un petit bijou que j'ai découvert grâce à la pugnacité d'une des attachées de presse du Festival. Elle m'a incité à regarder le film, je ne peux que louer son initiative. J'ai appris tout en m'amusant, que demander de plus ? Simplement que, dès qu'il passera sur ARTE lors d'une émission spéciale sur la Belgique, vous le regardiez. Aussi ce serait bien que les écoles se penchent sur ce moyen métrage, pour que les élèves puissent le voir, ce serait une belle manière d'apprendre l'histoire sans s'ennuyer une seconde.
    Il y a une belle animation, des personnages bien travaillés, des trouvailles, des surprises, des dialogues savoureux, tout cela fait dans le pays même de Léopold. Grâce à ce film, l'histoire de la Belgique est éclairée d'un jour nouveau sur une période peu connue. Celle où la Belgique naissait à peine, celle où les Hollandais n'acceptaient pas cette indépendance, celle où les grandes puissances (Angleterre, France, Russie et Prusse) jouaient à des jeux d'influence minables sans tenir compte des aspirations des populations.
    Bref, une belle découverte !

    « Critique: Voyez comme on danse (FIFF 2018)Critique: Seule à mon mariage (FIFF 2018) »

    Tags Tags : , , , , ,