• Critique: Le Labyrinthe du silence

    Le Labyrinthe du silence (titre original: Im Labyrinth des Schweigens) de Giulio Ricciarelli avec Alexander Fehling, Johannes Krisch, Robert Hunger-Bühler, Johann von Bülow, Gert Voss, Lisa Martinek, Lukas Miko

    L'histoire: Allemagne, 1958. En plein miracle économique, le jeune procureur ambitieux Johann Radmann découvre des pièces essentielles permettant l’ouverture d’un procès contre d’anciens SS ayant servi à Auschwitz. Mais Johann risque de perdre tout. Il doit faire face à de nombreuses hostilités dans cette Allemagne d’après-guerre qui continue à fermer les yeux sur ses propres atrocités de guerre. Déterminé, il fera tout pour que les allemands ne fuient pas leur passé.

    La critique de Michel Decoux-Derycke: Le film est inspiré de l'histoire vraie du juge Fritz Bauer et de trois procureurs de Francfort. Ceux-ci ont instruit, dans les années 60, un procès contre les ex-tortionnaires d'Auschwitz. L'Allemagne est aussi le premier pays à avoir poursuivi ses propres criminels de guerre. 
    L'histoire est prenante, elle nous fait comprendre l'état d'esprit de l'Allemagne de l'époque. Un pays (un rappel: divisé en deux entre l'Ouest et l'Est) s'étant relevé de la guerre et en pleine croissance économique. Mais un pays tentant de mettre sous le tapis les horreurs de la Seconde guerre mondiale. Pourtant, des hommes vont se lever pour faire éclater la vérité. Ici, dans le film, un procureur, joué par Alexander Fehling, va être l'aiguillon. C'est à travers son regard, et celui de sa secrétaire, qu'on va ressentir toute l'horreur du camp d'Auschwitz. Sa pugnacité et sa détermination vont permettre d'amener, devant le tribunal de Francfort, 22 anciens SS. Aucun d'eux n'exprimera de remords.
    C'est une leçon d'histoire indispensable pour tout le monde. Leçon mettant en lumière un épisode de l'histoire allemande, méconnu dans nos contrées.

    Affiche Le Labyrinthe du silence

    « Critique: Nos FemmesCritique: Charlie's Country »

    Tags Tags : , , , , , ,