• Critique: Le Jeu (FIFF 2018)

    Le Jeu de Fred Cavayé avec Bérénice Bejo, Suzanne Clément, Stéphane De Groodt, Vincent Elbaz, Grégory Gadebois, Doria Tillier, Roschdy Zem
    Comédie, France, 90', sortie le 17/10/2018, distribué par Belga Films, Avant-première FIFF 2018

    Affiche  Le Jeu (FIFF 2018)

    L'histoire: Par un soir d'éclipse, quatre couples d'amis dinent ensemble comme ils le font traditionnellement tous les ans à la même date. La soirée se passe bien jusqu'au moment où l'un des convives lance l'idée de lire tous les messages reçus sur les portables à haute voix...

    La critique: Après ce cinquième long métrage de Fred Cavayé, vous ne verrez plus votre téléphone ou smarphone du même oeil. Déjà, vous ne voudrez plus le prêter à quelqu'un, ne fût-ce que pour passer un simple coup de fil. Parce qu'aussi, à notre époque, le téléphone est une véritable extension de votre personne. Vous y gardez une partie de votre vie que ce soit courriels, sms, photos, ...
    Venons-en au film, le concept, ce sont tous les téléphones sur la table et tout appel, message ou mail sera lu à voix haute est diablement intéressant. D'un simple jeu supposé innocent, on en arrive à un déballage de la vie de chacun des convives et c'est là que les caractères se révèlent véritablement. Tout simplement parce tout le monde a quelque chose à cacher que ce soit une petite vétille ou une grosse bêtise.
    "Le Jeu", tout comme "Le dîner de cons" ou "Le Prénom", est savoureux que ce soit par les dialogues ou par le jeu des actrices et acteurs, il y en a une belle volée. De la Québecoise Suzanne Clément au Belge Stéphane De Groodt en passant par la Franco-Argentine Bérénice Bejo, les Français Vincent Elbaz, Grégory Gadebois, Doria Tillier et Roschdy Zem, tous sont excellents. Il n'y a pas un qui tire la couverture à lui. Là, c'est l'écriture du scénario qui permet cet équilibre. Tout de même, je pointerai Doria Tillier qui démontre qu'elle n'est pas la femme d'un seul rôle, celui qu'elle a joué dans le tout bon "Monsieur et Madame Adelman" ou encore Grégory Gadebois qui, à chaque fois que je le vois, m'épate par sa capacité à faire vivre son personnage.
    Bref, une toute bonne comédie française écrite et réalisée par Fred Cavayé, plus habitué aux thrillers ("A bout portant" et 'Mea culpa"). Comme quoi, changer de genre peut permettre d'aérer un cinéma engoncé dans ses habitudes.

    « Critique: Seule à mon mariage (FIFF 2018)Critique: Les Chatouilles (FIFF 2018) »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,