• Critique: Le Fidèle

    Le Fidèle de Michaël R. Roskam avec Matthias Schoenaerts, Adèle Exarchopoulos , Sam Louwyck, Nabil Missoumi, Stefaan Degand, Jean-Benoît Ugeux, Thomas Coumans, Nathalie Van Tongelen, Eric De Staercke

    Affiche Le Fidèle

    L'histoire: Lorsque Gino rencontre Bénédicte, c’est la passion. Totale. Incandescente. Mais Gino a un secret. De ceux qui mettent votre vie et votre entourage en danger. Alors Gino et Bénédicte vont devoir se battre envers et contre tous, contre la raison et contre leurs propres failles pour pouvoir rester fidèles à leur amour.

    La critique de Michel Decoux-Derycke: Michaël R.Roskam, c'est "Bullhead" (nommé à l'Oscar et au César du meilleur film étranger), c'est aussi "Quand vient la nuit" (la critique). Comme un métronome, six ans après son premier long métrage et trois ans après son premier film américain, il revient avec un film réunissant le Belge Matthias Schoenaerts, son acteur-fétiche et la Française Adèle Exarchopoulos ("La Vie d'Adèle : Chapitres 1 et 2", "Orpheline"), un duo excitant, promettant beaucoup. 
    Malheureusement, "Le Fidèle" ne répond pas à l'attente. La faute à un scénario bancal, efficace dans sa première partie, à la ramasse dans la deuxième partie ainsi qu'à sa longueur. Je m'explique. La première partie, c'est la collision entre les deux protagonistes, on y croit même si la première scène entre Gino (Matthias Schoenaerts) et Bénédicte (Adèle Exarchopoulos) est, comme qui dirait, un peu ratée. Cela avance bien, on sent une relation qui se construit. Il y a aussi une scène de braquage ahurissante, imaginative, pleine de bruit et de fureur, rarement vue dans un film belge. A cet instant, je me dis qu'on est sur de bons rails, que le film va rester dans le même tempo. Patatras, la deuxième partie, quand Gino se retrouve en prison, tourne au n'importe quoi, avec des moments sans queue ni tête s'accumulant sans qu'on comprenne pourquoi. Cela tire en longueur, à ce moment-là,  j'ai eu envie de m'en aller tellement ça me gonflait. Je suis resté pour voir jusque où Michaël R.Roskam poussait sa logique. Au final, on se retrouve devant un film décevant, avec un goût de trop peu.
    Sachez aussi que "Le Fidèle" est proposé par la Belgique à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère.
    Il faudra attendre le 23 janvier 2018 pour savoir si Michaël R.Roskam sera à nouveau dans les cinq finalistes.

    « Critique: Le Sens de la fêteCritique: Un beau soleil intérieur »

    Tags Tags : , , , , , , , ,