• Critique: Le Cercle littéraire de Guernesey

    Le Cercle littéraire de Guernesey (titre original: The Guernsey Literary Society) de Mike Newell avec  Lily James, Michiel Huisman, Matthew Goode, Jessica Brown Findlay, Tom Courtenay, Katherine Parkinson
    Drame - Romance, Royaume-Uni, 123', sortie le 30/05/2018, distribué par Belga

    Afficche Le Cercle littéraire de Guernesey

    L'histoire: Londres, 1946. Juliet Ashton, une jeune écrivaine en manque d’inspiration reçoit une lettre d’un mystérieux membre du Club de Littérature de Guernesey créé durant l’occupation. Curieuse d’en savoir plus, Juliet décide de se rendre sur l’île et rencontre alors les excentriques membres du Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates dont Dawsey, le charmant et intriguant fermier à l’origine de la lettre.

    La critique de Michel Decoux-Derycke: Le 20ème long métrage de Mike Newell est adapté du roman "Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates" écrit par Mary Ann Shaffer et Annie Barrows. Le titre du film est réduit à "Le Cercle Littéraire de Guernesey" plus vendeur sans doute mais moins amusant.
    Le film débute avec la formation de la société littéraire où comment un groupe d'habitants de l'île anglo-normande de Guernesey était sorti après le couvre-feu imposé par les Allemands qui l'occupaient pendant la Seconde Guerre mondiale. En réalité, le petit groupe se livrait à un festin secret de cochons mais il ne fallut pas longtemps avant que le mensonge n'évolue vers la vérité, les liant comme jamais auparavant. Une résistance littéraire. Après, nous rencontrons Juliet Ashton (Lily James), écrivaine en mal de sujets. Elle va recevoir une lettre de Dawsey Adams (Michiel Huisman), membre de cette société au nom curieux et cela va inciter Juliet à partir sur l'île de Guernesey.
    Comme souvent dans les films anglais, il n'y a pas besoin de dix scènes pour que l'on comprenne qui est qui, quels sont les enjeux. Cela permet aux personnages d'être bien dessinés, de permettre à l'histoire d'avancer.
     

    Guernesey est aussi bien utilisé, les lieux sont bien capturés. C'est régulièrement drôle, parfois triste, et finalement plutôt agréable.

    « Critique: MountainBRIFF 2018: on y est presque »

    Tags Tags : , , , ,