• Critique: La Route sauvage

    La Route sauvage (Lean on Pete), long métrage, réalisation: Andrew Haigh, scénario: Andrew Haigh, distribution: Charlie Plummer, Steve Buscemi, Chloë Sevigny, Travis Fimmel
    Drame, USA, 121', sortie le 18/04/2018, distribué par Imagine, Prix Marcello Mastronianni Venise 2017 - Flèche de Cristal et Prix d'interprétation masculine Festival des Arcs 2017

    Affiche La Route sauvage

    L'histoire: Charley Thompson a quinze ans et a appris à vivre seul avec un père inconstant. Tout juste arrivé dans l’Oregon, le garçon se trouve un petit boulot chez un entraineur de chevaux et se prend d’affection pour Lean on Pete, un pur-sang en fin de carrière. Le jour où Charley se retrouve totalement livré à lui-même, il décide de s’enfuir avec Lean on Pete, à la recherche de sa tante dont il n'a qu’un lointain souvenir. Dans l'espoir de trouver enfin un foyer, ils entament ensemble un long voyage…

    La critique de Michel Decoux-Derycke: Andrew Haigh nous avait gratifié, il y a maintenant trois ans, de l'excellent "45 ans" avec la non moins excellente Charlotte Rampling. Avec "La Route sauvage", le réalisateur anglais s'en va dans l'Amérique profonde, l'Amérique des déclassés.
    Nous avons là un beau récit avec le destin d'un ado, Charley, à fleur de peau. Il va s'occuper d'un vieux cheval, y trouvera une raison de vivre. Tentera également de retrouver un membre de sa famille avec Lean on Pete, le nom du cheval qui donne le titre original du film. Pour cela, Charley va prendre la route, rencontrer une galerie de personnages dans cette immensité américaine. Des moments de vérité courts et incisifs vont surgir, donner une couleur au film.
    L’interprétation de Steve Buscemi et Chloë Sevigny est impeccable et il y a la découverte prometteuse de Charlie Plummer, primé à Venise.

    « Ça Est Du Belge ! 11BIFFF 2018: le palmarès »

    Tags Tags : , , , , , ,