• Critique: La mauvaise réputation

    La mauvaise réputation (titre original: What Will People Say) de Iram Haq avec  Maria Mozhdah, Adil Hussain, Ekavali Khanna, Rohit Saraf, Ali Erfan, Sheeba Chaddha, Jannat Zubair Rahmani, Lalit Parimoo
    Drame, Norvège, 106', sortie le 06/06/2018, distribué par Cinemien

    Affiche La mauvaise réputation

    L'histoire: Nisha est une jeune fille de seize ans qui mène une double vie. A la maison avec sa famille, elle est la parfaite petite fille pakistanaise. Dehors, avec ses amis, c’est une adolescente norvégienne ordinaire. Lorsque son père la surprend dans sa chambre avec son petit ami, la vie de Nisha dérape.

    La critique de Michel Decoux-Derycke: Iram Haq, réalisatrice norvégienne d'origine pakistanaise, ne s’en cache pas. "La mauvaise réputation" est inspiré de la relation avec son père, elle y a ajouté des éléments de fiction pour construire son deuxième long métrage.
    Sans excès de sensibilité sans misérabilisme, le film se penche de manière réussie sur la difficulté des adolescentes à vivre tiraillées entre deux cultures diamétralement opposées. Nisha mène en effet une double vie: à l’extérieur, elle est comme n’importe quelle norvégienne de son âge: elle traîne avec sa bande de potes, fait la fête et est amoureuse. Mais à la maison, c’est l’éducation à la pakistanaise qui est primordiale: pas de vêtements osés, couvre-feu, loisirs jugés trop frivoles interdits. La raison: garder intacte la sacro-sainte réputation familiale au sein de la communauté. Un extrémisme accepté au détriment du bien-être et du bonheur des adolescentes…
    Abordant les thèmes de la double culture, de la liberté des femmes à décider de leur vie, ou bien de l’omniprésence patriarcale, le film fait mouche et laisse le spectateur par moments estomaqué. De plus, il met en lumière une réalité beaucoup moins manichéenne que celle que l’on pense: la domination des jeunes femmes ne se fait pas que les hommes. Les femmes, plus âgées, et déjà mariées, participent amplement à perpétuer ces méthodes et cette manière d’élever les filles.
    Sur l’écran, Maria Mozhdah, qui interprète Nisha, crève l’écran. Le reste de la distribution, notamment Adil Hussain ou Ekavali Khanna, participe également à la justesse du film.


    « Critique: MéprisesGala Québec Cinéma 2018: triomphe pour Les Affamés »

    Tags Tags : , , , , , , ,