• Critique: Kursk

    Kursk de Thomas Vinterberg avec  Matthias Schoenaerts, Colin Firth, Léa Seydoux, Peter Simonischek, Max von Sydow, Michael Nyqvist, August Diehl, Steven Waddington, Josse De Pauw, Koen De Sutter
    Drame, Danemark, 117', sortie le 07/11/2018, distribué par Belga Films

    Affiche Kursk

     

    L'histoire: Août 2000. Le sous-marin nucléaire Kursk sombre au fond de la mer de Barents suite à l’explosion de l’une de ses torpilles. À bord, 23 marins parviennent à se réfugier dans l’unique compartiment laissé intact. Tandis qu’à bord du navire, les marins se débattent pour survivre, au sol, leurs familles luttent désespérément face au silence politique.

    La critique: De "Kursk" et du terrible drame qu'ont vécu une vingtaine de sous-mariniers russes, on espérait un film haletant et intelligent. Malheureusement, le long métrage du Danois Thomas Vinterberg ne dépasse jamais le simple thriller et ne bouscule pas la thèse officielle en mettant en exergue les nombreuses questions encore en suspens dix-huit ans après la tragédie. En fait, le film ne rend pas justice aux courageux sous-mariniers ainsi qu'à leurs familles.
    Pour éviter de sombrer dans l’ennui passée sa séquence d’explosion sous-marine dès la première demi-heure, le scénario  imagine un récit multipliant les allers-retours entre les survivants du submersible et les proches luttant sur la terre ferme pour obtenir des informations sur ce qu’il se passe. Et se concentre uniquement sur l’opération de sauvetage. Dommage car c’est avec le premier angle qu'il y avait l’histoire la plus intéressante à raconter. "Kursk" passe à côté de son sujet faute d’ambition et d’une réelle volonté de "remuer la merde".

    « Critique: Heureux comme LazzaroCINEMAMED Bruxelles 2018: les jeunes, espoirs de la Méditerranée »

    Tags Tags : , , , , , , , ,