• Critique: Grave

    Grave de Julia Ducournau avec Garance Marillier, Ella Rumpf, Rabah Naït Oufella , Laurent Lucas, Joana Preiss, Bouli Lanners, Marion Vernoux, Jean-Louis Sbille

    Affiche Grave

    L'histoire: Dans la famille de Justine tout le monde est vétérinaire et végétarien. À 16 ans, elle est une adolescente surdouée sur le point d’intégrer l’école véto où sa sœur ainée est également élève. Mais, à peine installés, le bizutage commence pour les premières années. On force Justine à manger de la viande crue. C’est la première fois de sa vie. Les conséquences ne se font pas attendre. Justine découvre sa vraie nature.

    La critique de Michel Decoux-Derycke:  "Grave" ne doit pas être rangé dans un seul genre ou dans une seule case. C’est avant tout un film sur la métamorphose, c'est également un film sur la fin de l’adolescence, le désir féminin, la frontière entre l'humain et l'animal.
    On est très vite dans l'ambiance, il n'y a pas de long préambule explicatif, ça y va franco.  Les scènes s’enchaînent de manière remarquable: pas de place pour des scènes de transitions, pas de place pour le bla-bla. Ici, on va à l’essentiel sans avoir le temps de souffler. Tout le contraire de certains films français bavards, explicatifs, ennuyeux. Julia Ducournau ouvre donc une brèche où quelques-uns vont et doivent s'engouffrer pour permettre au cinéma français de s'aérer les neurones.
    L'actrice principale, Garance Marillier est une vraie découverte. Elle avait déjà joué sous les ordres de Julia Ducournau dans le court métrage "Junior" et le téléfilm "Mange". Elle incarne de manière saisissante Justine, cette étudiante vétérinaire découvrant le goût de la chair humaine. Elle est bien secondée par Rabah Naït Oufella ("Entre les murs", "Bande de filles","Patients") qui joue Adrien le coloc homo et Ella Rumpf interprétant Alexia sa soeur.
    Du début à la fin, à l'image de son héroïne, le film est comme un funambule, il oscille entre dérangeant et jubilatoire, entre répugnant et réjouissant. Il nous amène à nous poser des questions, il nous fait réfléchir.
    Pour son premier long-métrage, Julia Ducournau a tout bon. "Grave" a fait sensation lors de sa présentation au dernier Festival de Cannes où il était repris dans la Semaine de la critique. Le film a également remporté des prix au PIFFF, à Gérardmer, Strasbourg, Austin, Gand, Palm Springs, Stitges et Toronto.


    « Critique: The Lost City of ZCritique: Paris pieds nus »

    Tags Tags : , , , , , , , ,