• Critique: Gluckauf (BRFF 2015)

    Gluckauf de Remy van Heutgen avec Bart Slegers, Vincent van der Valk, Johan Leysen, Joy Verberk, Ali Ben Horsting

    L'histoire: Lei, la cinquantaine, vit de petits boulots et surtout de petites combines pour survivre car ça fait bien longtemps que les mines ont fermé alors qu’elles procuraient du boulot à toute la région depuis des lustres. Quand Jeffrey découvre que son père est endetté auprès de Vester, un criminel local bien connu de tous, il décide de l’aider. Ces deux là, ils s’aiment, mais qu’est-ce qu’ils ont du mal à l’exprimer. La vie va pourtant les rapprocher comme si le lien père-fils était indéfectible à jamais malgré tout ce qui peut arriver. Mais le pire va arriver.

    La critique de Michel Decoux-Derycke:
     C'est le deuxième long métrage du néerlandais Remy van Heutgen, passé notamment par le Film College de Genk (Belgique). En 2013, il a réalisé "Valentino", une comédie romantique.
    Dans l'ensemble, "Gluckauf" se tient. La première scène est quelque peu inutile: l'enlèvement, à coups de carabine du père, du fils à sa mère. Le dernier quart d'heure vire au mélodrame, à l'absolue nécessité d'arracher des larmes sur le sort du père. Entre les deux, on est dans une relation père-fils plutôt intéressante. Le père, petit voyou combinard, ne voulant pas que son fils, pourtant dealer, aille plus loin dans le monde de la délinquance. Le tout baignant dans une atmosphère sordide. Nous sommes dans une ville minière du Limbourg hollandais, endroit où il ne se passe pas grand chose. Cependant, un «parrain» règne sur ce petit monde. Il va cornaquer le fils, lui faire miroiter une belle vie faite de fric. Pour cela, il va franchir des étapes: bastonner un mauvais payeur, fourguer de la drogue contre des armes (petit clin d'oeil, cela se passe à Liège). Le père tente de le prévenir mais c'est déjà trop tard. Le fils glisse inexorablement. Une petite note d'espoir tout de même, l'amour va passer par là.
    Au final, il est ahurissant de constater que aux Pays-Bas tout comme en Belgique ou dans le Nord de la France, la disparition des mines a complètement changé la donne. Mêmes causes, mêmes effets !

    Affiche Gluckauf (BRFF 2015)

    « Critique: Body (BRFF 2015)Critique: Voyage en Chine »

    Tags Tags : , , , , , , ,