• Critique: Gemma Bovery

    Gemma Bovery de Anne Fontaine avec Fabrice Luchini, Gemma Aterton, Isabelle Candelier, Jason Flemyng, Niels Schneider, Mel Raido, Elsa Zylberstein

    L'histoire:  Martin est un ex-bobo parisien reconverti plus ou moins volontairement en boulanger d'un village normand. De ses ambitions de jeunesse, il lui reste une forte capacité d'imagination, et une passion toujours vive pour la grande littérature, celle de Gustave Flaubert en particulier. On devine son émoi lorsqu'un couple d'Anglais, aux noms étrangement familiers, viennent s'installer dans une fermette du voisinage. Non seulement les nouveaux venus s'appellent Gemma et Charles Bovery, mais encore leurs comportements semblent être inspirés par les héros de Flaubert. Pour le créateur qui sommeille en Martin, l'occasion est trop belle de pétrir - outre sa farine quotidienne - le destin de personnages en chair et en os. Mais la jolie Gemma Bovery, elle, n'a pas lu ses classiques, et entend bien vivre sa propre vie...

    La critique de Michel Decoux-Derycke: Fabrice Luchini le dit dans la bande-annonce: "il y a un événement. Cet événement, il s'appelle Gemma Bovery. L'état dans lequel m'a mis cette femme est unique." Je comprends Fabrice Luchini parce qu'après avoir vu le film et surtout Gemma Atterton, j'étais dans un état euphorique. Quelle belle actrice ! Elle irradie, il faut dire qu'elle est filmée avec sensualité. 
    Après le sulfureux "Perfect Mothers", Anne Fontaine revient à la comédie avec une adaptation du roman graphique éponyme de Posy Simmonds. Mais ce n'est pas qu'une simple comédie, il y a du fond contrairement à certaines catastrophes de cette année. Il faut dire que la réalisatrice s'est appuyée sur un acteur unique dans son genre: Fabrice Luchini. Rappelons que ce dernier a une connaissance encyclopédique de l'oeuvre de Flaubert. Luchini, disais-je, est ce boulanger qui, en plus de pétrir le pain, pétrit la vie. Plutôt il fantasme la vie et l'arrivée de Gemma Bovery va déclencher chez lui un tsunami de sentiments.
    Depuis plusieurs films, je trouve Fabrice Luchini plus sobre dans son jeu, c'est le cas dans "Gemma Bovery". Beaucoup de choses passent dans son regard. Aussi dans les dialogues qu'il dit d'une manière bien à lui. Même quand il s'adresse à un chien.
    En allant voir ce film, vous allez vous divertir tout en connaissant un peu mieux l'oeuvre d'un grand écrivain français. Quoi de mieux.

    Affiche Gemma Bovery

    Lire aussi l'entretien avec Anne Fontaine

    « Baden Baden (seule comme une baignoire): de l'adulescence à l'âge adulteEntretien: Anne Fontaine - Gemma Bovery »

    Tags Tags : , , , , , , , ,