• Critique: Frantz

    Frantz de François Ozon avec Pierre Niney, Paula Beer, Ernst Stötzner, Cyrielle Claire, Johann von Bülow

    Affiche Frantz

    L'histoire: Au lendemain de la guerre 14-18, dans une petite ville allemande, Anna se rend tous les jours sur la tombe de son fiancé, Frantz, mort sur le front en France. Mais ce jour-là, un jeune français, Adrien, est venu se recueillir sur la tombe de son ami allemand. Cette présence à la suite de la défaite allemande va provoquer des réactions passionnelles dans la ville. 

    La critique de Michel Decoux-Derycke: François Ozon est un cinéaste prolifique: 16 longs métrages (avec "Frantz") en 18 ans, il faut y ajouter 19 courts métrages ainsi qu'un documentaire. C'est dire que l'homme a des envies de cinéma et surtout qu'il veut nous transmettre cette passion. C'est d'ailleurs l'un de mes réalisateurs préférés, j'ai rarement été déçu, peut-être ai-je sans doute mois apprécié l'un de ses films mais dans l'ensemble, c'est un satisfecit. L'impatience m'a donc guidé vers la cuvée Ozon 2016.
    "Frantz" est le remake de "Broken Lullaby" ("L'homme que j'ai tué" en français) réalisé par Ernst Lubitsch en 1932. Le réalisateur s'est inspiré d'une pièce de théâtre de Maurice Rostand.
    François Ozon maîtrise bien son sujet et réussit à marier avec bonheur l’émotion, le mélodrame sans jamais nous plomber, le passage du noir et blanc à la couleur ainsi que l'inverse sans lourdeur. Il y a aussi une réflexion sur la guerre et ses conséquences, principalement le premier conflit mondial et son cortège de morts. Ce conflit où que ce soit du côté allemand ou du côté français, on est parti la fleur au fusil, avec joie, en pensant que la guerre ne durerait que quelques semaines.
    C'est également le premier grand rôle de l'actrice allemande Paula Beer (vue dans "Diplomatie"de Volker Schlöndorff), c'est un régal de la voir jouer. Sans doute la découverte d'une grande actrice. Par contre, je suis moins convaincu par Pierre Niney, j'ai eu un peu de mal avec son air de chien triste.
    Au finanl, du tout bon cinéma !



    « Critique: VincentEntretien: Muriel Coulin - Voir du pays »

    Tags Tags : , , , , , ,