• Critique: Dunkerque

    Dunkerque (titre original: Dunkirk) de Christopher Nolan avec Tom Hardy, Kenneth Branagh, Mark Rylance, Cillian Murphy, Harry Styles, James D'Arcy

    Affiche Dunkerque

    L'histoire: Le dixième long métrage de Christopher Nolan se déroule au cours de l'évacuation des troupes alliées de Dunkerque en mai 1940.

    La critique de Michel Decoux-Derycke: Dunkerque, c'est un moment important du début de la Seconde Guerre mondiale, il a permis de sauver le gros des troupes britanniques encerclés par l'armée allemande, dans la ville du Nord de la France. La réussite de ce sauvetage a sans doute sauvé le Royaume-Uni d'une invasion face à laquelle il n'aurait peut-être pas résisté.
    Ma première réflexion après le film, c'est de me dire que je venais de vivre une grande expérience de cinéma. D'abord visuelle avec l'utilisation de l'IMAX, j'ai été littéralement plongé dans le chaos de la bataille, c'est comme si j'étais un des hommes cherchant à s'échapper du réduit dunkerquois, avec l'angoisse de ne pouvoir rallier l'Angleterre; ensuite auditive, mes tympans ont été sollicités avec le bruit de la mitraille et des bombardiers, comme sans doute les soldats devaient le vivre, ainsi qu'avec la musique de Hans Zimmer ponctuant le film, donnant une couleur aux scènes.
    Ce que j'ai aimé, c'est la déconstruction du récit, celui-ci est divisé en trois trames narratives: l'air (un pilote d’avion, Tom Hardy), la terre (un jeune soldat paumé, Fionn Whitehead) et la mer (un plaisancier civil participant au sauvetage, Mark Rylance), ce n'est pas linéaire, on passe de l'un à l'autre sans jamais perdre le fil. Chaque élément s'emboîte avec l'autre et permet de suivre les personnages sans les oublier. Une des forces du film, ce sont justement ces personnages chacun avec leur histoire personnelle qui, au bout du compte, finissent par former la grande histoire. Une autre chose, le peu de dialogues (au coeur de l'action, on ne fait pas de grand discours), tout se joue sur les attitudes, les regards, pas besoin de plus pour comprendre.
    Pour Christopher Nolan, c'était une première: réaliser un film de guerre, le réalisateur britannique réussit cela de belle manière, avec sobriété et sans être long (1h47).
    Incontestablement, un des films que je mettrai sans hésiter dans mon Top10 de 2017.

    « Le box office de la mi-juilletCritique: La Colle »

    Tags Tags : , , , , , , , ,