• Critique: Dior et moi

    Dior et moi, documentaire de Frédéric Tcheng

    L'histoire: C'est une immersion dans la prestigieuse maison Christian Dior à l'heure où l'arrivée du Belge Raf Simons fait bouger les lignes et agite les salariés de l'entreprise. Pression, tensions et bonheurs rythment ce film qui pénètre dans les coulisses du premier défilé haute couture de Simons sous l'étendard Dior.

    La critique de Michel Decoux-Derycke: La mode est à la mode. Après les deux biopics sur Yves Saint-Laurent sortis en 2014, on a droit à un documentaire sur Dior, plus exactement sur la maison Dior. Frédéric Tcheng s'intéresse aux premiers pas du nouveau directeur artistique, le Belge Raf Simons. Celui-ci n'était pas très chaud pour être filmé mais s'est finalement laissé convaincre. Ce qui a de bien est que l'on voit l'envers du décor: le travail des «petites mains». Celles qui, en réalité, vont faire des élucubrations, des idées du directeur artistique une chose réelle. C'est un bel hommage qui leur est rendu.
    Le reproche que je ferais, c'est que le documentaire frôle, par moments, l'ennui. Il faut s'accrocher pour aller jusqu'au bout. Peut-être parce la mode n'est pas ma tasse de thé.

    Affiche Dior et moi

    « Critique: Magic Mike XXLCritique: Que Viva Eisenstein ! »

    Tags Tags : , , , , , ,