• Critique: Cro Man

    Cro Man (titre original: Early Man), long métrage, réalisation: Nick Park, scénario: Mark Burton et John O'Farrel, distribution: Eddie Redmanyne, Tom Hiddleston, Maisie Williams, Timothy Spall, Richard Ayoade (voix originales)
    Film d'animation, Royaume-Uni, 89', sortie le 07/02/2018, distribué par eOne

    Affiche Cro Man

    L'histoire: Durant la Préhistoire, quand les dinosaures et les mammouths parcouraient encore la terre, un homme des cavernes courageux, Dug, et son meilleur ami Hognob s’unissent pour sauver leur tribu d’un puissant ennemi

    La critique de Michel Decoux-Derycke: Quel plaisir de retrouver un film des studios Aardman ("Chicken Run", "Wallace et Gromit", "Shaun le mouton"), cela devient un rendez-vous immanquable parce que l'on sait qu'on va passer un bon moment, avoir beaucoup de plaisir.
    Ici, avec "Cro Man", l’Age de pierre affronte l’Age de bronze dans le sport le plus populaire au monde: le football. D'ailleurs, on apprend au début que ce sport est né à Manchester, un gros clin d'oeil du réalisateur Nick Park, né dans la région. L’objectif pour la tribu d’hommes des cavernes emmenée par Doug, le héros du film, est de conserver son indépendance et ne pas se soumettre à la puissance militaire de Lord Nooth, gouverneur corrompu et imbu de sa personne. Bien évidemment, ceux qui maîtrisent le bronze maîtrisent également le ballon rond. Doug et ses amis n’ont jamais joué au football de leur vie et quand ils s’y essaient, cela ressemble à un match de cour de récré.
    Deux mondes s’affrontent donc: celui des Cro-Magnon, traditionaliste, en communion avec la nature, vivant de la chasse, de la pêche et de la cueillette et celui du Bronze, capitaliste, avide de gloire, de conquête, de pouvoir et de richesse. C'est une revisite de la lutte des classes tout en pâte à modeler. Cro Man reste cependant dans la lignée des autres films du studio Aardman, débordant d’humour et d’imagination.
    Un des atouts du film, ce sont les personnages, plus originaux et expansifs les uns que les autres, parmi lesquels un footballeur aussi coquet qu’une fillette et très fier de sa longue chevelure blonde (devinez de qui on s'est inspiré ?), un homme des cavernes boulimique ou encore un pigeon voyageur faisant office de messagerie vocale. Des personnages drôles, quelquefois ridicules mais toujours attachants. Preuve que des acteurs en pâte à modeler peuvent émouvoir autant que des acteurs en chair et en os. Même le féminisme a une place de choix en la personne de Goona, une jeune fan de football au jeu irréprochable mais se voyant refuser l’accès au terrain au simple motif qu’elle est une femme. Petite parenthèse, pour moi qui ait suivi le football féminin, je peux vous dire que certaines femmes n'ont rien à envier aux hommes au point de vue technique de jeu.
    Même si vous n'aimez pas le football, "Cro Man" est à voir, il ravira petits comme grands.

    « Lumières 2018: Insyriated à nouveau récompenséCritique: The Disaster Artist »