• Critique: Cop Baby (BIFFF 2018)

    Cop Baby (titre original: Naparnik), long métrage, réalisation: Alexander Andrushenko, scénario: Andrey Zolotarev, distribution: Elizaveta Arzamasova, Sergey Garmash, Yang Ge, Kseniya Lavrova-Glinka, Andrey Nazimov
     Aventure - Comédie, Russie, 90'

    Affiche Cop Baby (BIFFF 2018)

    L'histoire: Version russe de l’inspecteur Harry, Igor Khromov est en liberté conditionnelle, après une année en prison à Vladivostok. Alors qu'il est à deux doigts de coincer tout un troupeau de brebis galeuses, une diseuse de bonne aventure lui jette un sort: une balle dans le buffet plus tard, le valeureux Igor se retrouve à l’hôpital… et se réveille dans le corps d’un nouveau-né. Il doit alors composer avec son nouveau corps.

    La critique de Michel Decoux-Derycke: Complètement barré, l'expression à employer pour qualifier ce film russe. Il est réalisé par
    Alexander Andrushenko dont c'est le premier long métrage, par ailleurs, il a produit cinq films mais pas celui qui nous occupe maintenant.
    L'idée de base est qu'un policier dur à cuire, suite à un sortilège, soit transféré dans le corps d'un bébé avec tout ce qui peut supposer comme quiproquos. Un bébé qui parle, normal, vous me direz mais qui a une conversation comme vous et moi, moins normal, et qui connaisse les techniques d'infiltration, encore moins normal. Le réalisateur joue tout le temps avec cet aspect. Cela donne également des dialogues assez savoureux. Certains diront que c'est un bébé créé par effets spéciaux (il ressemble à Chucky, ça peut effrayer!), pourtant, une fois accepté ce postulat, cela passe comme une lettre  à la poste. Il ne faut pas oublier la ville où l'action se déroule: Vladivostok, interdite aux étrangers entre 1958 et 1990. On découvre un lieu, a la fois, exotique et un peu comme nos grandes villes.
    Franchement, je me suis bien amusé, il y a des idées, du rythme, des rebondissements et pas mal d'éclats de rires. Et si quelqu'un avait l'idée de le distribuer en Belgique et/ou en France, ce serait pas mal du tout.

    « Critique: Tragedy Girls (BIFFF 2018)Critique: Larguées »

    Tags Tags : , , , , , , , ,