• Critique: Child 44

    Child 44 de Daniel Espinosa avec Tom Hardy, Gary Oldman, Noomi Rapace, Joel Kinnaman, Paddy Considine, Jason Clarke, Vincent Cassel, Dev Patel

    L'histoire:  Hiver 1953, Moscou. Leo Demidov est un agent de la police secrète soviétique promis à un grand avenir au sein du Parti. Lorsque le corps d’un enfant est retrouvé sur une voie ferrée, il est chargé de classer l’affaire. Il ne peut s’agir que d’un accident, Staline ayant décrété que le crime ne pouvait exister dans le paradis communiste. Mais peu à peu, le doute s’installe dans l’esprit de Léo et il découvre que d’autres enfants ont été victimes «d’accidents» similaires. Soupçonné de trahison, Léo est contraint à l'exil avec sa femme Raisa. C'est alors qu'ils font alliance avec le général Nesterov et se lancent dans la traque de ce tueur en série invisible, ce qui fera d'eux des ennemis du peuple...

    La critique de Michel Decoux-Derycke: C'est l'adaptation du roman éponyme, premier volet d'une trilogie à succès, écrite par le britannique Tom Rob Smith. Tout comme le film, le livre se déroule en URSS et retrace les aventures de Leo Demidov, agent du MGB (la police secrète), tentant d'élucider le mystère entourant une série de meurtres d'enfants. Le livre, lui-même, s'inspire de faits réels: les crimes commis par Andreï Tchikatilo, le «monstre de Rostov». Ce dernier a été arrêté en 1990 et exécuté d'une balle dans la nuque en 1994 après avoir été reconnu coupable du meurtre et de la mutilation de 52 femmes et enfants, principalement dans la région de Rostov, entre 1978 et 1990.
    Ce qui est intéressant, c'est la peinture de l'Union Soviétique des années 50, dominée par la figure tutélaire de Joseph Staline, dictateur sans pitié pour son propre peuple. Tout qui faisait un pas de travers était impitoyablement éliminé. Dans cette ambiance paranoïque, Leo Demidov est relativement protégé par son statut d'agent secret. Pourtant, il va se mettre en danger en s'entêtant à enquêter sur des meurtres d'enfants. Ceux-ci n'intéresse absolument pas sa hiérarchie puisque le meurtre n'existe pas au paradis (soviétique). 
    Leo Demidov est très bien interprété par Tom Hardy. Une nouvelle fois, il démontre sa capacité à incarner un personnage et aussi à se transformer. Après avoir joué un barman solitaire dans "Quand vient la nuit", un contremaître sur la route dans "Locke", ici, il joue un agent secret soviétique plus vrai que nature. Noomi Rapace, qui joue sa femme, est au même niveau. Sans oublier le reste du casting qui est bien choisi. 
    La réalisation est, à la fois, fluide et dynamique avec une belle photographie. Celle-ci est dans les tons grisâtres et nous plonge dans la triste ambiance de l'Union Soviétique des années 50. 
    Bref, un film grand public avec du fond et de la forme, espèce rare en ce moment !

    Affiche Child 44

    « Critique: The Target (BIFFF 2015)Critique: The Stranger - BIFFF 2015 »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,