• Critique: Chelli (TEFF 2015)

    Chelli (titre original: Next to Her) de Asaf Korman avec Liron Ben-Shlush, Liat Goren, Varda Ben Hur, Dana Ivgy

    L'histoire: Chelli et Gabby sont sœurs et s’aiment follement. Chelli s’occupe seule de Gabby qui est handicapée mentale. L’arrivée d’un homme, Zohar, dans la vie de Chelli fait naître un trio singulier, où les frontières entre protection, sacrifice et amour vont être brisées.

    La critique de Michel Decoux-Derycke: C'est le premier long métrage de Asaf Korman. Il s'est inspiré de la jeunesse de sa femme, Liron Ben-Shlush, celle-ci a grandi avec une soeur handicapée mentale. 
    Au début, on se demande où on va. On voit le quotidien de Chelli et de sa soeur Gabby. La première travaille comme garde dans une école et la seconde reste enfermée dans l'appartement. Le soir, toutes les deux regardent la télé. Une vie banale, coupée du monde. Puis petit à petit, le film prend de l'ampleur avec deux faits: Chelli doit mettre sa soeur dans un centre de jour et elle va avoir un petit copain. Une sorte d'équilibre fragile s'installe alors. Le scénario est subtil, sans fioritures. C'est bien joué tant par Liron Ben-Shlush (Chelli) que par Dana Ivgy (Gabby). Cette dernière est impressionnante dans son rôle d'handicapée mentale. 

    L'intérêt, c'est que Asaf Korman met l'accent, non sur le handicap en lui-même, mais sur la manière dont un membre d'une famille, en l'occurence une soeur, vit le handicap.

    Affiche Chelli

    « Critique: Gabor (TEFF 2015)Critique: Ixcanul »

    Tags Tags : , , , , , , ,