• Critique: Cafard

    Cafard, film d'animation de Jan Bultheel avec les voix originales de Wim Willaert, Sebastien Dewaele, Dinara Drukarova, Marteen Thomas Ketels, Benoît Gob et les voix françaises de Benoît Magimel, Jean-Hugues Anglade, Julie Gayet

    L'histoire: 1914. Pendant que Jean Mordant remporte le titre de champion du monde de lutte, sa fille Mimi est violée à Ostende par les occupants allemands. Jean fait le serment de venger cette ignominie et s'engage au sein du prestigieux bataillon ACM. À son grand dam débute ainsi une odyssée dramatique autour du monde. Ce voyage dramatique remodèlera à jamais sa vision du monde.

    La critique de Michel Decoux-Derycke: 1914, c'est la Première Guerre mondiale. Peu de temps après, est créé le corps ACM (Autos-Canons-Mitrailleuses), fort de quatre cents hommes, dans lequel on retrouve notamment le champion de lutte Constant le Marin, le poète Marcel Thiry, le communiste Julien Lahaut. Tous vont vivre une aventure extraordinaire qui durera quatre ans. Ils combattent sur le front de l'Yser, partent vers la Russie pour combattre les Allemands. En 1917, pris dans la tourmente de la Révolution russe, ils doivent s'en aller, ce sera par Vladivostok. De là, ils appareillent pour San Francisco, traversent l'Amérique en héros pour aboutir à New-York. En 1918, ils rentrent en Belgique.
    Cette histoire a très largement inspiré Jan Bultheel pour "Cafard". Evidemment, il a modifié des éléments pour construire son scénario. Par exemple, Constant le Marin est devenu Jean Mordant, champion de lutte ostendais.
    C'est la technique du mocap ou motion capture qui a été utilisée, comme dans "Avatar" ou "Les Aventures de Tintin: Le Secret de la Licorne". Les images des comédiens réels, filmés en action, sont traitées sur ordinateur pour créer une contrepartie visuelle. En fait, cela a permis aux acteurs d'interpréter véritablement leurs rôles. Cela se ressent d'ailleurs tout au long du film. Grâce à cela, on est littéralement emporté.
    Cafard permet donc de mettre en lumière une histoire peu connue. C'est dû à un homme, Jan Bultheel, qui a spécialement fondé sa société pour le produire et s'est battu pour trouver les financements nécessaires.

    Affiche Cafard

    « Critique: Premiers crusCritique: Schneider vs Bax »

    Tags Tags : , , , , , , ,