• Critique: Beast

    Beast de Michael Pearce avec  Jessie Buckley, Johnny Flynn, Geraldine James, Shannon Tarbet, Trystan Gravelle, Charley Palmer Rothwell
    Thriller, Royaume-Uni, 107', sortie le 20/06/2018, distribué par Cherry Pickers

    Affiche Beast

    L'histoire: Sur l'île de Jersey, une jeune femme tombe amoureuse d'un homme mystérieux. Cette rencontre la pousse à fuir sa famille tyrannique. Alors que l'homme est soupçonné de plusieurs meurtres, elle le défend aveuglément. 

    La critique: Après Guernesey avec "Le Cercle Littéraire de Guernesey" il y a quelques semaines, c'est l'autre île anglo-normande, celle de Jersey, qui sert de cadre à un film: "Beast" ("Jersey Affair" pour la France).
    On entre directement dans ce thriller assaisonné d’une pointe de drame et d’un soupçon de romantisme grâce à la réalisation de Michael Pearce dont c'est le premier long métrage. En filmant l’île de Jersey sous toutes ses coutures sans que cela fasse dépliant touristique, il nous offre un décor de cinéma quasi inédit sur grand écran. Le côté insulaire de Jersey et de ses habitants distille une atmosphère singulière et indescriptible à l'histoire de "Beast".
    Michael Pearce filme un personnage principal (Moll) psychiquement instable. Le problème est que Moll a un état d’esprit particulier, même si l’on arrive à saisir ses pensées en début de long métrage, plus le film avance et plus il semble difficile à appréhender ses réactions. C’est pourquoi on a parfois l’impression que son évolution patine un peu, quand d’autres sont oubliés en route (on aurait apprécié voir la réaction de la famille dans la seconde partie). Le final, un peu trop extrême et dont le sens est compliqué à saisir, est la preuve que les virages psychologiques n'ont pas toujours été bien négociés. Mais on a tout de même plaisir à voir un film sortant des sentiers battus et une histoire d’amour perchée.
    "Beast" est une œuvre prometteuse et assez originale pour convaincre. Elle est maîtrisée formellement et nous questionne sur le côté bestial enfoui en chacun de nous.

    « Critique: Bécassine !Critique: Les Affamés »

    Tags Tags : , , , , ,